Joaillerie

Alhambra, modernité à quatre feuilles

Apparue dans le sillage des valeurs portées par Mai 68, la ligne iconique du joaillier Van Cleef & Arpels a offert de nouvelles façons de porter le bijou au quotidien

Même si vous ne connaissez rien à la joaillerie, vous êtes probablement familier-ère d’Alhambra, la collection best-seller de Van Cleef & Arpels qui souffle cette année 50 bougies. Inspiré d’un trèfle à quatre feuilles – symbole de chance cher à Jacques Arpels, neveu de la fondatrice Estelle Arpels – son motif quadrilobe s’affiche aussi bien sur des stars que des anonymes, cheffes d’entreprise, artistes, modeuses, ou encore sur des adolescentes qui l’auront reçu ou hérité de leur mère.

Lire aussi: Les femmes libèrent le bijou 

Le point commun entre ces femmes d’âges et de milieux différents? Un goût pour le beau et le précieux, mais aussi une appétence pour une élégance désentravée. Parce qu’elles habillent sans déguiser, ornent sans contraindre, les déclinaisons chics et ludiques d’Alhambra – sautoirs, larges pendentifs, bracelets à maillons, bagues ou boucles d’oreilles – sont autant d’extensions de la garde-robe moderne: faciles à porter, faciles à vivre et, pour certaines femmes, faciles à acheter.

Emancipation 

Loin du style guindé et des prix exorbitants de la haute joaillerie, Van Cleef & Arpels ouvre avec Alhambra un monde de possibles à s’offrir à soi-même et pour soi-même, un monde dans lequel affirmer son individualité indépendamment du regard (et du porte-monnaie) d’un mari ou d’un petit ami. Une certaine idée de l’émancipation inscrite dans les racines historiques de la collection.

Luxe désacralisé

Printemps 1968: la France de Charles de Gaulle vacille sous la pression de mouvements étudiants et ouvriers prêts à en finir avec l’autoritarisme et le patriarcat ambiants. Symptôme de ce profond changement de société, la mode ne s’écrit plus dans les salons de quelques couturiers parisiens. Une nouvelle élégance, moins pompeuse et plus démocratique, fait son apparition grâce au prêt-à-porter. Chez Van Cleef & Arpels, on sent le vent tourner. En 1954 déjà, le directeur Jacques Arpels décide d’ouvrir place Vendôme La Boutique, un lieu qui propose des pièces plus accessibles, en phase avec l’époque.

C’est au sein de cette offre qu’apparaît en 1968 le premier sautoir Alhambra, composé de 20 trèfles en or jaune froissé et perlé. Sans logo mais immédiatement reconnaissable, subtil mais pas chichiteux, le collier se présente moins comme un ornement réservé aux grandes occasions que comme un élégant accessoire à arborer au quotidien. Reflet de l’excellence du savoir-faire de Van Cleef & Arpels, le bijou possède l’aura du luxe sans son côté sacré.

De Romy Schneider à Grace Kelly

Le succès est immédiat. Jour après jour, nuit après nuit, le sautoir Alhambra accompagne les silhouettes tout en fluidité de l’époque, dans des combinaisons de teintes vives ou solaires avec l’apparition dès 1971 de pierres dures comme la malachite ou le lapis-lazuli. Les stars de l’époque, de Françoise Hardy à Romy Schneider en passant par Grace Kelly, l’adoptent, le cumulent et le collectionnent.

Caméléon

«Alhambra a capturé l’air du temps et offert une nouvelle manière de porter un bijou au quotidien. En cinquante ans, il est devenu une référence qui a profondément influencé l’histoire de la joaillerie», résume Nicolas Bos, le PDG de Van Cleef & Arpels, joaillier racheté par le groupe Richemont en 1999. Grâce à ses contours stylisés, ni complètement figuratif ni complètement abstrait, le motif quadrilobe a pu traverser les modes tout en conservant son identité.

Lire aussi: Ligia Dias, orfèvre pop

Texturé ou poli, paré de pierres dures ou de nacre, serti ou non, décliné en bague ou en montres, Alhambra est tel un caméléon: il se transforme pour mieux rester lui-même. Au mois de mai, Van Cleef & Arpels a enrichi sa collection iconique de nouvelles combinaisons de matières, dont un élégant mélange de nacre grise, diamants et or rose, onyx noir et or blanc. Deux éditions exceptionnelles respectivement ornées de lapis-lazuli et de cristal de roche rendent hommage à la beauté des pierres qui ont paré la collection Alhambra au fil de son histoire. La boucle du sautoir est bouclée.

Publicité