Des lignes sixties et un toit en «Toblerone», coincés entre l’autoroute, le chemin de fer et les citernes de Vernier… Une image désuète. Un mirage de béton, vestige industriel à l’aune de son histoire, puisque le nouveau quartier de l’Etang est projeté le site. Il n’en fallait pas plus pour faire fondre Antigel. C’est donc entre les murs éphémères de l’îlot F que le festival multiculturel, en collaboration avec La Gravière, installe son Grand Central cette année, du 29 janvier au 2 février.

Nouveaux talents et objets rares

Avant que la salle de concert et le dancefloor géant s’embrasent en soirée, le festival invite des partenaires à investir les lieux pour jalonner les fins de journée, fidèles à l’esprit rassembleur du festival. Devenu une plateforme de choix pour les jeunes labels qui veulent se lancer, le Marché sans puces réunira une soixantaine d’exposants de vêtements, meubles vintage, objets de design, bijoux et accessoires, neufs ou seconde main, ainsi que des food trucks et des bars. «A l’instar de la Nuit des Bains, ce marché genevois qui a lieu en principe deux fois par année et attire entre 3000 et 5000 personnes est devenu un lieu de rencontre où l’on peut découvrir de nouveaux talents et des objets rares», assure Nicolas Droz, l’un des organisateurs.

Autres raouts gratuits à ne pas manquer: l’apéro géant du terroir, avec quelques-uns des meilleurs producteurs locaux de vins, fromages ou bières locales, la soirée huîtres et champagne, la bourse aux vinyle et instruments ou encore le Winter Market du Geneva Street Food Festival.

www.antigel.ch