Un jour, une idée

A.P.Í, le tout nouveau cidre genevois

Lancé officiellement le 7 mars dernier, le breuvage, végane et sans gluten, assemble neuf pommes issues des vergers de Peissy

Sur l’étiquette réalisée par Natacha Oberson, les dorures à chaud esquissent, tels une parenthèse et un accent, la rondeur et la feuille d’une pomme, qui entoure l’emblème d’une arbalète, rendant hommage à la légende de Guillaume Tell. Antoine Tacchini a beaucoup d’histoires à nous raconter, à commencer par celle qui habite les voûtes en pierre séculaires de La Corne à vin, un lieu d’événementiel genevois dont le nom fait référence à l’époque où les voyageurs, ne pouvant pas accéder à Genève après une certaine heure à cause du couvre-feu, s’arrêtaient dans des auberges où l’on servait du vin dans des cornes.

Des pommiers un peu oubliés

Ce jeune hyperactif vient de lancer une production de cidre genevois avec la complicité de Frédéric Rochaix. Les deux entrepreneurs se sont connus sur les bancs de l’Ecole hôtelière de Lausanne. Frédéric Rochaix est descendant de vignerons à Peissy. C’est de ces terres que proviennent les neuf variétés de pommes qui, comme les cépages pour le vin, influencent les propriétés aromatiques du cidre A.P.Í.

«Dans cet assemblage, il y a aussi des pommiers quelque peu oubliés qui confèrent à la boisson son goût unique, alors que la plupart des cidres sont fabriqués avec de la pomme Golden Delicious, la plus résistante aux intempéries. Certains cidres, en particulier les anglo-saxons, proviennent du concentré de pommes, alors que chez nous, c’est 100% naturel», assure Antoine, qui, parmi ses nombreux projets, avait notamment lancé à Paris en 2016 l'épicerie fine TAQ Loiseau, en collaboration avec le fils du fameux chef français.

Sans sucres ajoutés

A base de fruits pressés et sans sucres ajoutés, ce nouveau cidre se targue du label végane, car il emploie un agent clarificateur de source végétale au lieu du blanc d’œuf ou de la protéine porcine qui sont souvent utilisés. L’étiquette affiche également «gluten free», par opposition à la bière qui peut posséder la même gradation de 4,5% d’alcool, mais qui, avec son houblon, peut être moins bien tolérée par certains consommateurs.

Avec une fondue, pourquoi pas?

Un ajout de CO2 bien dosé lui confère des bulles très fines, comme dans du champagne. Ainsi, le cidre se déguste agréablement à l’apéritif et s’associe avec de nombreux mets tout au long de l’année, même avec une fondue. Les modes de consommation de boissons évoluent. Après le retour en force du gin, le foisonnement des bières artisanales et l’explosion du vin nature, il semblerait que le cidre aussi aura très prochainement sa place sur le podium.


Cidre A.P.Í, info@api-cider.ch, A.P.Í Original Swiss Cider sur Facebook, @api_cider sur Instagram. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité