Chacun chez soi. Mais tous unis. N’est-ce pas ce qui se dégage de la réactivité des réponses aux questions qui fusent sur les réseaux sociaux ou dans les propositions d’aide aux voisins de palier? Un mouvement collectif qui trouve un terreau idéal sur internet.

Lire aussi: L’action d’aide sociale inédite de la Chaîne du bonheur

Plusieurs initiatives ont été lancées ces derniers jours. Deux sociétés valaisannes, Gvisuel et Alpsoft SA, se sont démenées pour lancer le site Suisseresponsable.ch, ainsi que son application. Son objectif: rassembler les forces des personnes de bonne volonté sur une même plateforme, afin de les localiser facilement. En collaboration avec les Samaritains du Valais, Bénévoles Valais-Wallis, le Service de la santé publique et Solidarité Covid-19 Valais, il met en outre à disposition les communiqués officiels des cantons et de la Confédération.

Contact facilité

Concrètement, les volontaires peuvent s’y inscrire via deux canaux. Le premier cible les personnes qui disposent d’un «diplôme type samaritain, formation sanitaire, professionnel de la santé, certificat BLS-AED, IAS-1-2-3, module poste sanitaire, Croix-Rouge», etc. Le but étant de créer une base de professionnels qui pourraient être rapidement contactés en renfort par les autorités. L’autre concerne les bénévoles sans formation dans la santé, susceptibles de rendre tout type de service, comme faire les courses ou promener un chien. Une carte de la Suisse affiche la localisation de chaque inscrit, avec adresse, nom, prénom et numéro de téléphone.

«Toutes ces entraides restent autorisées, pourvu qu’elles soient faites sans contact rapproché, explique Alain Praz, à la tête de l’entreprise informatique Alpsoft SA. Nous avons publié les recommandations officielles liées par exemple à la manière la plus sécurisée de livrer des courses ou des repas.»

Autres ressources utiles, sur Facebook, plusieurs groupes d’entraide s’organisent par région, notamment Genève, Lausanne, Vaud ou pour toute la Suisse romande, et comptent déjà des milliers de membres. On y recense autant des partages de bons tuyaux que des demandes d’informations d’internautes inquiets ou des recherches de soutien pour des proches ou des objets quotidiens, comme des livres pour enfants ou des vélos d’appartement. Les réponses fusent. Vraiment. Reste à espérer que ces élans tiendront la durée du «marathon» annoncé.


Suisse solidaire et responsable. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».