Grand basique du dressing, la chemise est souvent associée à l’uniforme du businessman, et au minimum à une tenue de bureau; c’est peut-être cette réminiscence qui émoustille les designers de mode, à en casser perpétuellement les codes. Laura Cavallo se rappelle parfaitement d’une création de 2003 signée Viktor & Rolf avec une multiplication de cols, en éclosion sur le mannequin, figurant parmi les créations d’anthologie du duo surréaliste de la mode.

C’est l’idéalisation du rêve, de la fantaisie débridée qui l’ont amenée au stylisme, mais dès qu’elle se lance dans une formation de couturière, Laura prend rapidement la mesure de la technicité requise avant d’arriver à un résultat, aussi simple soit-il. «A 16 ans, on ne peut pas imaginer la précision du processus, toute la préparation nécessaire avant même de commencer à coudre.» Après avoir acquis cette précieuse manualité, la jeune femme aux origines italo-haïtiennes plonge dans un travail plus conceptuel, grâce à un bachelor à la Haute Ecole d’art et de design, où on lui apprend à créer son propre univers. «Après mes études, je suis revenue naturellement vers la confection. Je suis une créatrice mais avant tout une artisane. Il faut que je puisse trouver de l’émotion dans chaque pièce que je crée.»