Pour ceux qui, à force de lire, auraient envie de passer de l’autre côté de la page et de se frotter à l’écriture, voici de quoi s’y mettre. Ainsi, ressortirons-nous de ce confinement avec quelques petits trésors, précieux témoins de ce temps long. «En attendant, écrivons» est une page Facebook lancée par le Fribourgeois Matthieu Corpataux, qui propose un atelier d’écriture avec, chaque jour, un exercice pratique commandé à un écrivain suisse.

Simple et ludique. Anne Pitteloud propose ainsi de choisir deux mots éloignés et d’en faire usage dans une phrase qui répond à la question «Qu’est-ce que la poésie?» Elle se lance. «Monstre» et «langue»: «La poésie, c’est un monstre qui a des mots sur la langue»; «soleil» et «nuit»: «La poésie, c’est la nuit, quand il pleut sur le soleil»; «coccinelle» et «étoiles»: «La poésie, c’est une coccinelle qui joue aux dés avec les étoiles».

Moi, brosse à dents…

Elisa Shua Dusapin, elle, soumet l’idée d’écrire un mot, une lettre, à l’une de ces personnes qui traversent notre vie sans pourtant qu’on se connaisse. L’écrivain Nicolas Couchepin suggère d’écrire un texte en traitant un objet ou quelque chose d’inanimé – comme une brosse à dents, une voiture, un coronavirus – en être vivant, comme s'il avait une personnalité.

La Valaisanne Stéphanie Glassey Schwitter nous conseille, elle, de dresser l’inventaire à la Prévert de nos intérieurs d’appartement, de notre frigo ou de notre tête, de nos peurs, nos espoirs et nos ennuis. Le jour suivant, c’est Pierre Fankhauser qui invite à décrire avec un regard neuf un paysage que nous voyons régulièrement. Et ainsi de suite, plus de 1000 personnes sont déjà inscrites sur la page du réseau social, quelques-unes d’entre elles publiant leur résultat à la vue de tous.

Rire à se tordre…

Tatjana Erard nous inspire avec l’énumération d’une liste de dix raisons de vivre. Je me lance et vous livre la mienne. Tremper ses lèvres au réveil dans la saveur du café. Sentir l’eau de la mer avaler son corps en nageant loin de la rive. Rire à se tordre. Consoler un enfant qui pleure. Voir s’afficher l’appel d’un être aimé sur son téléphone. Avoir une conversation inattendue avec un inconnu. Manger des cerises à même l’arbre. Dévaler une pente à skis ou à vélo. Danser sur de la musique grecque. Monter le volume d’une chanson qu’on adore. Vous me ferez un immense plaisir de m’envoyer la vôtre!


En attendant, écrivons, regain culturel en temps de coronavirus. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».