naissance d’une marque

Aubazine, l’empreinte du XIIe siècle

Bref historique de l’orphelinat où vécut Gabrielle Chanel

Aubazine est née d’un désir impérieux: celui de deux prêtres, dont l’un s’appelait Etienne, souhaitant vivre en ermites dans ce lieu qui, jusqu’au XVIe siècle, s’appelait encore Obazine.

Par sa foi rayonnante, sa bienveillance et son intelligence, Etienne eut tôt fait d’attirer à lui nombre de disciples désireux de le suivre sur cette voie d’austérité.

Il fit construire deux monastères, un pour les femmes dans le proche vallon du Coyroux, isolé au fond d’une gorge, et un pour les hommes, qui est devenu plus tard l’orphelinat où Gabrielle Chanel passa sept années de sa vie. La règle qui prévalait à Obazine était celle de saint Benoît ainsi que les usages monastiques cisterciens. L’évêque de Limoges a consacré les deux églises en 1142.

Ce n’est qu’en 1860 que le lieu est devenu un orphelinat dirigé par la congrégation du Saint-Cœur de Marie.

Depuis 1965, l’abbaye relève de l’Eglise grecque-melkite catholique, une église de tradition byzantine unie à Rome. Mais l’esprit cistercien reste inscrit dans la moindre de ses pierres.

Note: Aubazine se visite. Des stages y sont régulièrement organisés. Renseignements: http//abbaye.aubazine.com

Remerciements: un immense merci à Monsieur Luc-Emmanuel Feuillet, le conservateur de l’abbaye d’Aubazine, qui fut un guide précieux et patient dans les couloirs de l’abbaye le long des travées de l’église abbatiale Saint Etienne, ainsi qu’un merveilleux conteur de l’histoire d’Etienne d’Obazine.

Publicité