Un jour, une idée

Au-dessus de Montreux, le Pont de Brent fait peau neuve

Cet été, Stéphane et Stéphanie Décotterd ont rafraîchi le décor de leur temple gastronomique au-dessus de Montreux. Un lieu à redécouvrir

L’Arc lémanique bénéficie d’une incroyable concentration de tables de grande qualité, pour le plus grand bonheur des gourmets. Parmi celles-ci, le restaurant Le Pont de Brent, une institution aussi renommée que discrète surplombant la ville de Montreux. Jadis tenue par Gérard Rabaey, grand ami de Philippe Rochat et Fredy Girardet avec lesquels il partageait l’honneur de figurer au panthéon de la gastronomie helvétique, l’adresse a été reprise début 2011 par Stéphane Décotterd et son épouse Stéphanie.

Ce cuisinier, Fribourgeois d’origine, second du maître des lieux pendant de nombreuses années, a conservé la rigueur et la quête de l’excellence qui ont fait la réputation du restaurant. Avec pour résultat deux étoiles au «Guide Michelin» et une note de 18/20 au GaultMillau, juste récompense d’une cuisine aux solides bases classiques sachant jouer la modernité en évitant habillement de tomber dans ses travers.

La vérité oblige cependant à reconnaître que la salle, avec sa décoration datant de plusieurs décennies, n’était plus, depuis longtemps déjà, au diapason d’une époque sensible jusqu’à l’excès parfois aux apparences. L’idée d’une rénovation trottait dans la tête du jeune couple depuis la reprise de l’établissement; restait à trouver le bon moment pour ce qui constitue un investissement non négligeable dans la conjoncture économique actuelle.

Le pas a été franchi durant la coupure estivale. Juste le temps pour différents corps de métier locaux de procéder à la pose d’un nouveau revêtement de sol, de rafraîchir les peintures, d’installer rideaux, voiles et autres éléments de décoration. Au final, c’est une salle accueillante, claire et modernisée sans être froide qui accueille désormais les convives. Une bonne nouvelle qui donne à l’assiette l’écrin qu’elle mérite.

A noter par ailleurs qu’il est une tradition que Stéphane Décotterd se plaît à perpétuer depuis plusieurs années déjà, celle de la célèbre bénichon, chère à ses racines familiales. Revu en version raffinée, le menu fait le bonheur des amateurs lors de quatre repas seulement, les 30 septembre (dîner), 1er (déjeuner et dîner) et 2 octobre (déjeuner). Une belle occasion de conjuguer la (re)découverte du lieu dans ses habits neufs et celle d’un cuisinier à l’indéniable talent.

Le Pont de Brent, Brent (VD), tél. 021 964 52 30, ma-sa 12h-14h et 19h-21h30, menu du déjeuner en semaine dès 88 fr., www.lepontdebrent.ch

Publicité