Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Défilé Miu Miu, printemps-été 2017.
© Miu Miu

Rhabillé(e) pour l’été (7/7)

Le bonnet de bain, rétrobarbotage

Chaque jeudi de l’été, notre chroniqueuse a revisité les heurs et malheurs de la mode de saison. Ultime épisode

La mode a toujours un œil dans le rétroviseur. Elle puise inlassablement dans son passé pour réinventer sa propre histoire, son propre discours. Cette saison, revoici venu le bonnet de bain pour femmes. Pas en vulgaire silicone façon Laure (ou Florent) Manaudou. Non.

Sur les podiums printemps-été 2017, la capote de nage barbote dans les eaux du chic et du luxe: ornée de nénuphars chez Miu Miu, version aviateur en satin chez Gucci ou bandeau en vinyle chez Maison Margiela.

Sauf que, Mesdames, n’espérez pas rester planquées à la plage ou au bord de la piscine. Pour son grand come-back, le bonnet de bain se paie une balade sur le bitume, assorti d’une chemisette ou d’une robe à fleurs. Bye bye les panamas, fédoras et canotiers. Le «néo-bonnet», c’est le couvre-chef de l’été.

Hippocampes et papillons

Juste retour des choses, diront certaines. Dans les années 1920, le bathing cap est l’accessoire incontournable des baigneuses de style, celui qui permet de préserver la prestance d’une mise en plis. S’il se raréfie pendant la Seconde Guerre mondiale, pénurie de caoutchouc oblige, il réapparaît dans la mode des années 1950-1960.

L’offre est pléthorique. C’est l’apogée. Orné d’hippocampes, de fleurs ou de papillons, plissé ou molletonné, le bonnet de bain devient l’apanage des bourgeoises et des ménagères azimutées, l’indispensable de toute valise de vacances.

L’année 1968 signera l’arrêt de mort de la cagoule en caoutchouc, devenue trop mémère, trop conservatrice pour les hippies aux longs cheveux. N’empêche, aller faire leurs courses en bonnet de bain rétro, ils n’y auraient pas pensé, les défenseurs de l’amour libre, hein?


Chroniques précédentes

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a