Commander une canette de Bresse, du jambon à la coupe, un filet Wellington ou des cordons-bleus repérés dans la vitrine réfrigérée d’une boucherie sans bouger de son domicile, c’est l’offre numérique originale qu’a développée La Bouche qui rit. Cette double enseigne lausannoise a mis en place un système pionnier: la rediffusion en ligne, en temps réel, de son étal, afin de permettre aux clients de choisir leurs achats comme s’ils se trouvaient dans le magasin.

Lire aussi:  Retour aux sources pour la boucherie lausannoise du pont de Chailly

«Nous avons conçu cette offre visuelle à la fin de 2019 dans l’idée de moderniser le concept de boucherie traditionnelle. Mas sa pertinence a explosé depuis le début du confinement, tout comme le nombre de visites et de commandes», explique Sébastien Losey, qui a fondé sa propre affaire en 2017 après vingt-huit ans à la tête de la Boucherie du pont de Chailly pour le compte de la société Bell, puis du groupe Kauffmann AG. Aidé de son épouse, de son beau-père et de son fils, il a depuis fait évoluer l’image de ce que peut être une boucherie en vieille ville de Lausanne.

Concrètement, les clients consultent les assortiments de viande et de plats cuisinés via la vitrine en ligne (ci-dessus) et passent commande en direct par téléphone, entre 7h et 14h pour la tournée de livraisons du soir, ou à toute heure d’ouverture pour un retrait en magasin, rue de la Madeleine. A Chailly, en revanche, les commandes téléphoniques peuvent être retirées sans sortir du véhicule, grâce à une place de parc et l’aide des vendeurs qui sortent du magasin.

Lire également:  Manger chez le boucher un plat hyperpersonnalisé

«En ces temps difficiles, le dispositif visuel a été très positif pour nous, parce qu’il a compensé les pertes liées au service de restauration en suspens à la Madeleine. Au début de la crise, les clients achetaient une majorité de viande brute dans l’idée de tout préparer eux-mêmes. Depuis quelques jours, les produits traiteur s’écoulent à nouveau, signe qu’ils en ont peut-être un peu marre de cuisiner!» analyse le boucher, fils d’agriculteur sensible aux exigences de traçabilité et de production locale. Il est en train de développer une offre de bœuf Simmental de l’étable à l’assiette pour garantir le contrôle de toute la chaîne, en partenariat avec son frère qui a repris le domaine familial.


La Bouche qui rit, rue de la Madeleine 10 et avenue de Béthusy 88, Lausanne, tél. 021 311 95 95. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».