Bien-être

En Bourgogne, un Saulieu nommé plaisir

Une extension moderne du spa appelé La Villa Loiseau des Sens ravit les clients de ce Relais & Châteaux mythique de Bourgogne. Escapade gastronomique et esthétique dans cet établissement à la bonne étoile

Le bâtiment a une longue histoire, de celles qui commencent par «Il était une fois…» En l’occurrence, en 1904, quand La Côte d’Or n’était qu’un relais de poste. Déjà exploité et agrémenté de tout le confort jusqu’à l’acquisition, en 1975, par Bernard Loiseau, cet établissement s’ouvre à une nouvelle vie. Dominique Loiseau, épouse du grand chef étoilé disparu en 2003, fait de cet antre des saveurs le premier Relais & Châteaux avec un restaurant trois étoiles comportant un spa, Les Nouvelles Esthétiques, dont les soins sont proposés en cabine. «Il faut dire que la route a été longue depuis la Belle Epoque, quand le centre historique de Saulieu servait, comme son nom l’indique, d’étape sur la route de l’été, celle des traversées de la France pour rejoindre les plages dans le Sud», se souvient cette femme énergique qui garde tout sous contrôle, connaît le prénom de chacun des membres de son personnel et se charge de l’élaboration de la carte jusqu’au choix de la robinetterie des salles de bains.

Un cocon de confort

Saulieu rime avec beau lieu, gracieux, spacieux, amoureux, comme on le devient de cet hôtel-restaurant classé au patrimoine français. Les chambres entièrement aménagées par Dominique Loiseau répondent aux critères de confort d’un cinq-étoiles, aux caractéristiques authentiques de la région bourguignonne, comme les poutres apparentes, les cheminées et les boiseries en chêne. En face du bâtiment principal, un nouvel édifice représente une échappée vers les espaces de bien-être regroupés en piscine, sauna, hammam, cabines de soins et chambre «privatisable» avec jacuzzi, en plus de celui en commun sur la terrasse extérieure.

La Villa Loiseau des Sens ouvre ses portes au public en juillet 2017, après quinze mois de travaux. «C’est en assistant à une conférence de Jean-Louis Poiroux, visionnaire et fondateur des spas Cinq Mondes que j’ai opté pour le développement d’une gamme de soins au cassis, dont nous servions déjà le nectar en apéritif. La Bourgogne nous offre de précieux trésors que la célèbre œnologue Emmanuelle Baillard – à l’origine du poivre de cassis, créé à base de bourgeons broyés – proposait déjà sous forme de liqueur. Je l’ai adapté en jus», reprend la restauratrice, également biochimiste et nutritionniste de formation.

Perle noire

Le nectar de cassis l’a donc inspirée. Pour ses propriétés antioxydantes, ultra-hydratantes avec une bonne teneur en vitamine C, cette petite baie noire a servi de base au développement de la gamme Secrets de Cassis spécialement dédiée au spa qui couvre 1500 m². Son concepteur vient de Monaco (Hydroconcept), les circuits sont millimétrés, toutes les installations comportent un équipement qu’un architecte seul ne pourrait programmer. «Tout le monde doit pouvoir trouver son plaisir, je suis attentive à la gradation dans les efforts et les soins.»

Et c’est confirmé! Dominique Loiseau a mis en place un véritable palais de la détente, une spectaculaire extension, à l’enseigne du respect et du soin de soi. Les deux cabines offrent un espace où le temps s’arrête, où l’on se livre aux esthéticiennes qui procèdent à une analyse ciblée de la peau pour un bilan durable grâce aux conseils de produits à appliquer chez soi. Les Secrets de Cassis sont l’exclusivité du soin signature. «Le but n’étant pas de commercialiser cette gamme, il n’y a qu’ici que la clientèle les trouve», explique la maîtresse des lieux, spécialiste en microbiologie.

L’établissement annexe à La Villa Loiseau arbore un concept architectural conséquent pour la région. «Nous avons opté pour de grandes baies vitrées, afin de faire ressortir tous les espaces hors du sol, à l’inverse des spas de palaces parisiens qui, d’ordinaire, se situent au sous-sol. Un architecte de Saulieu, Claude Correa, a travaillé sur l’harmonisation des bâtiments. Il est parvenu à exploiter divinement la lumière, la vue sur le jardin en créant un espace aéré.»

Côté goût

Ce complexe répond à un besoin dans la région, alors Dominique Loiseau et Patrick Bertron, son chef, se sont mis au travail pour renouveler la philosophie culinaire de la maison tout en conservant les plats emblématiques créés par Bernard Loiseau. Le spa, quant à lui, compte un restaurant bio qui attire de plus en plus de clientèle cherchant à passer un moment agréable dans le paysage typique bourguignon, immergée dans la fraîcheur du juice bar et dans les effluves des plats du chef japonais Shoro Ito, formé chez Régis et Jacques Marcon à Saint-Bonnet-le-Froid et autrefois sous-chef au restaurant Loiseau des Ducs à Dijon. «Il fallait permettre aux gens de découvrir notre univers sans se bloquer face à la salle du petit-déjeuner qui est classée monument historique. Nous avons misé sur l’accessibilité des prix dans un contexte qui se distingue entièrement du relais.»

Si Patrick Bertron marie les terroirs breton et morvandeau, côté spa, la carte du restaurant est élaborée avec des plats aux mille couleurs. «Ceci grâce aux légumes qui doivent être variés, afin que le restaurant entre en résonance avec le spa. La maison montre son intérêt et son souci de faire bon et bio.» Les menus Retour du marché et Bien-être prolongent le moment de détente. Shoro Ito propose également une formule Végé composé de produits cultivés dans les fermes locales où le fromage peut être remplacé par un dessert pour les clients intolérants aux graisses animales. Sans oublier Plaisir, repas en cinq services «carte blanche» qui permet de découvrir tout l’éventail de la cuisine santé signée Loiseau.

A Saulieu, la province équivaut à la famille, on s’y sent comme chez des amis, par opposition au temps qui file beaucoup trop vite, ici on ralentit, on savoure et on se fait du bien.


Relais Bernard Loiseau et La Villa Loiseau des Sens, 2, rue d’Argentine 21210 Saulieu,+33 3 80 90 53 53, www.bernard-loiseau.com

Publicité