Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les lieux du «forfait»: la gare de Pisciotta, près de Salerne, en Campanie.
© Wikimedia.org

Vacances à l'italienne (2/6)

Braquage «alla stazione»

Une invitation au voyage transalpin, avec les souvenirs olfactifs et les photos mentales que tous ont, un jour ou l’autre, sauvegardés dans la mémoire des moments familiaux

Une route littorale, à pic sur la mer… Non, ne surtout pas fermer les yeux pour humer la brise marine, c’est dangereux, même en pensée! La route aux virages en épingle à cheveux, aux fêlures datant de l’époque de sa construction, mène malgré tout à une gare ferroviaire. Elle a beau être perdue, elle appartient bien au réseau national des Ferrovie dello Stato (FS).

La route est sinueuse pour retrouver ma sœur, qui a vécu le trajet le moins direct de sa vie. Trois changements depuis Rome et quatre trains plus tard, avec environ deux heures d’attente bloquée en pleine campagne sans eau ni nourriture, elle débarque enfin, à presque destination. Fatiguées mais heureuses des retrouvailles, un buon caffè pour l’énergie nécessaire au retour, encore long en direction du village de nos origines.

Trouver une brèche…

La valise glissée dans le coffre, direction le bar de la stazione, où un groupe d’hommes taciturnes aux yeux plissés se tient sans activité apparente. Un bref réconfort, un récit résumé de ce voyage improbable en attendant le repas familial du soir et nous retournons au véhicule, dont les clés… – «Mamma mia le chiavi!» – avaient glissé de mes mains en même temps que la valise, à l’intérieur. Et la valse autour de la Fiat Punto de troisième main, orpheline d’un rétroviseur, de commencer. Les clés repérées, sous le bagage à l’arrière, il fallait trouver une brèche dans la carrosserie, n’importe quoi! Désœuvrées, vouées à la résignation, nous agissons de connivence. Ma sœur lance haut et fort: «Qualcuno sa scassinare una macchina?» («Quelqu’un saurait-il braquer une voiture?»)

Ambiance Sergio Leone. Regards à la Clint Eastwood. Silence ambiant, la feuille de journal qui s’envole dans la poussière. Arrêt sur image.

Lentement, le son revient et un homme, la cigarette fixée au bec, le sourire en coin, se lève et s’affaire côté portière du passager. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la vitre de la trois portes glisse entre les mains du braqueur encouragé par les présents. Nos rires éclatent. Il est toujours bon de connaître quelques techniques d’évasion dans la vie, ça finit par servir.


Précédente chronique:

Autogrill, con la «A» maiuscola

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a