La beauté

Bronzer sans soleil

Arborer un teint hâlé sans avoir à s’exposer? Tour d’horizon des techniques autobronzantes

Crèmes, gels, lingettes, huiles, brumes, capsules ou douches autobronzantes dans les instituts, les options sont extrêmement variées et performantes. Depuis la première apparition de l’autobronzant à la fin des années 1950, les formules ont notablement progressé, même si la molécule secrète pour booster son teint reste la même. Il s’agit de la dihydroxyacétone (DHA), un dérivé du sucre, qui réagit avec les acides aminés dans les cellules présentes en surface de l’épiderme et provoque une oxydation qui brunit la peau. Cette réaction chimique n’a rien à voir avec la synthèse de mélanine qui apparaît lors du bronzage solaire; avec un autobronzant, l’effet disparaît dès qu’on exfolie les cellules mortes. Depuis 1998, la DHA est souvent associée à une autre molécule, l’érythrulose, qui a la faculté de colorer la peau plus progressivement et plus longuement que la DHA, en évitant notamment le ton orangé à la Donald Trump, typique des autobronzants première génération.

Autobronzer tranquille

La DHA et l’érythrulose sont deux actifs d’origine végétale naturelle, mais ils sont parfois aussi synthétisés chimiquement. Si ces molécules ne sont pas toxiques, certains experts, notamment aux Etats-Unis, se sont récemment déclarés inquiets des dommages que pourrait causer la DHA lorsqu’elle est présente dans des sprays. Par inhalation, elle pénétrerait plus facilement dans les poumons et donc, via le réseau sanguin, dans tout l’organisme. Pour les dermatologues toutefois, en règle générale, utiliser de l’autobronzant pour se hâler représente une option nettement plus sûre que celle de rester allongé sous le soleil ou dans une cabine de bronzage, les rayons UV abîmant la peau et accentuant les risques de cancer.

Lire également: Peut-on en finir avec le mythe de la "bombe de la plage", SVP?

Les produits pour un joli teint express n’interviennent pas dans la mélanogènese, qui est un mécanisme naturel de défense de la peau lors d’un vrai bronzage au soleil. Par ce fait, ils ne constituent pas une protection face aux atteintes des rayons UV. Rares sont encore les formules qui combinent autobronzant et protection solaire; dans tous les cas une crème solaire doit être appliquée au minimum après deux heures d’exposition. Ainsi, la promesse des autobronzants de «préparer» la peau au soleil se révèle totalement trompeuse: la peau est certainement colorée, nourrie et lumineuse, mais nullement immunisée face aux effets nocifs du soleil.

Tricher sans complexe

A l’orée de vos vacances d’été, pour vous adonner aux joies de l’autobronzant, il vous suffit de respecter quelques règles de base. La première étape pour obtenir un bronzage uniforme consiste en une bonne exfoliation, afin d’éliminer les cellules mortes et d’adoucir les zones rugueuses qui compromettent l’uniformité du résultat. Pour étaler le produit sur le corps entier, il vaut mieux s’aider d’un gant de toilette. Sur le marché, on retrouve des gants en coton à usage unique.

Inutile d’insister sur les zones de plis comme les genoux, les coudes ou les chevilles, où la peau est plus épaisse et se colore plus fortement. Il est conseillé d’anticiper une éventuelle épilation la veille de l’application et de songer à une bonne hydratation les jours suivants, même si les nouvelles formules contiennent des agents hydratants et parfois même lissants. Pour cela, préférez des produits qui nourrissent la peau mais sans corps gras, car l’huile ne fait pas bon ménage avec l’autobronzant; on l’utilise d’ailleurs souvent pour estomper des éventuelles taches dues à une mauvaise application. Pour finir, si votre teint est très clair, optez pour un autobronzant progressif plutôt qu’une formule express. Pour coller à chaque carnation, les autobronzants de nouvelle génération jouent savamment sur la concentration du couple DHA-érythrulose.

Du tanning au tontouring

Pour profiter de l’éclat ensoleillé sans aucun effort, il est également possible de s’abandonner aux mains des experts. Dans certains instituts, grâce à des produits et appareils sur mesure, l’application se fait dans les règles de l’art. En Suisse romande, Adrienne Brunetton vient de lancer Secret Sun, une marque d’autobronzants destinée à l’application via des appareils de brumisation. Elle a confié l’élaboration de ses lotions à une entreprise pharmaceutique italienne. A base d’ingrédients naturels, sans paraben, sans tests sur les animaux, sans risques d’allergie, ces fluides ne dégagent pas l’odeur âcre caractéristique de toute formule contenant la molécule DHA.

«J’ai découvert le tanning en Australie, où j’ai vécu dix ans. Là-bas, la couche d’ozone est très fine et l’exposition au soleil particulièrement dangereuse, surtout pour mon type de peau très clair, nous explique Adrienne. Chaque point de distribution qui veut s’équiper des produit Secret Sun doit suivre une formation. Il peut s’agir d’instituts mais aussi de fitness, qui disposent souvent de solariums, d’autant plus que ceux-ci font l’objet d’une nouvelle réglementation entrée en vigueur le 1er juin dernier.»

Lire également:  Sous le soleil exactement: l'inégalité face aux UV

Dans le cadre de la loi fédérale sur la protection contre les dangers liés au rayonnement non ionisant et au son, une nouvelle ordonnance impose effectivement des règles de contrôle d’accès plus strictes pour que les personnes de moins de 18 ans ne puissent pas utiliser les appareils à rayonnement ultraviolet. Ainsi, le recours à ces activateurs de bronzage pourrait connaître une expansion dans les années à venir. Ce système d’application extrêmement précis utilise des appareils qui pulvérisent l’autobronzant à travers un pistolet pour un résultat dont la durée varie entre cinq et huit jours. Cette méthode permettrait même de transposer la technique de maquillage du contouring, qui joue sur les ombres et les contrastes, pour «sculpter» corps et visage, ce qu’on dénomme tontouring.

De plus en plus sophistiqués, les autobronzants ont l’avantage d’être faciles à appliquer, rapides à sécher, pour un hâle artificiel plus vrai que nature.


Biphase

BIOTHERM huile biphase tonique pour le corps, 42 fr. les 200 ml

Il garantit une application express et sans traces sur le corps en conférant tonicité à l’épiderme. Le léger parfum aquatique ne tient pas longtemps, laissant l’odeur typique de la molécule DHA refaire surface.

Gouttes

CLARINS, Addition Concentré Eclat Visage, 47 fr. 50 les 100 ml

Conçu pour ajouter une action autobronzante à tout soin hydratant et antiride pour le visage, de jour ou de nuit. Il suffit d’ajouter à votre crème habituelle trois gouttes de ce concentré pour un shoot bonne mine idéal, qui se révèle véritablement après deux ou trois applications.

Sous la douche

LANCASTER, lait autobronzant sous la douche, 55 fr. les 200 ml

Parfumant avec son extrait d’eau de coco et donnant au corps une couleur uniforme, ce produit permet d’éviter le risque de transfert sur les vêtements. Il suffit d’appliquer la lotion sous la douche, de laisser reposer une minute avant de rincer et finalement de tapoter l’épiderme pour sécher.

Sans DHA

TEA TO TAN BY TERRY, eau de soleil hydra-bronzante intégrale, 81 fr. les 100 ml

Sans DHA, le produit est élaboré à base de thés rouges et noirs à l’effet antioxydant et détoxifiant couplé avec l’effet revitalisant de l’extrait de cerise. Il s’utilise autant sur le corps que sur le visage, soit en version mate, soit en version scintillante. Bien secouer le flacon avant application.

Lissant

CLARINS, lisse minute autobronzant, 40 fr. les 100 ml

A base d’acacia du Sénégal et d’aloe vera, cette mousse autobronzante se révèle ultra-simple à appliquer. Son effet tenseur estompe rides et pores apparents.

Lingettes

COMODYNE, lingettes autobronzantes couleur naturelle uniforme, 16 fr. 90 pour 8 pièces

A appliquer sur une peau sèche et hydratée, une lingette suffit pour hâler la zone visage-cou-décolleté pour un résultat visible après trois heures.

Publicité