Un jour, une idée

Casse-croûte nomade à Brooklyn sur Rhône

Petite restauration sur le pouce au Street Gourmet, le dernier-né des bistros genevois

Un jour, une idée

Casse-croûte nomade à Brooklyn sur Rhône

Ça pourrait être un Food Truck mais en plus cosy, avec son décor inspiré de Brooklyn, tapissé de matériaux bruts et de couleurs froides: des palettes en guise de paravents, des phares géants pour halogènes, des cagettes de maraîchers pour évoquer l’origine et la fraîcheur des produits. Niché à deux blocs du McDo, dans une zone où la restauration rapide de qualité manquait jusqu’ici cruellement, Street Gourmet est le dernier-né des bistros genevois. Quoique le terme de bistro soit plutôt malvenu pour un concept qui se veut résolument américain, urbain et nomade. Fine food to go? Autrement dit des sandwiches chauds de haut vol, des soupes ou des salades, des tartines et des gâteaux gourmands: une carte minimaliste tout en fraîcheur proposée à l’emporter ou à déguster sur place, juché sur les tabourets hauts adossés au comptoir.

Street Gourmet est né de la rencontre des deux complices de Home Gourmet, Benjamin Luzuy et Vincent de Boccard, et de Yasmina et Rouane Wakim. Architecte de formation, Yasmina a métamorphosé l’éphémère pistacherie en un lieu plus chaleureux, rhabillé de bois, de pierre, de vestiges urbains. Les deux sœurs entendaient s’ajuster à la demande des usagers du quartier, des boutiques et bureaux voisins – plus enclins à se restaurer vite fait bien fait qu’à grignoter des fruits secs.

Autre jeune loup issu de l’EHL et de la tribu Home Gourmet, Guido Bakker est le cinquième larron, chargé de la gestion. Après le succès de trois concepts créés en un temps record par les associés – le resto à vocation gastronomique de Vésenaz, le bar à cocktails des Eaux-Vives, le traiteur chic de Rolle – celui-ci ne devrait pas tarder à trouver sa clientèle. Tant il répond à deux envies bien dans l’air du temps: l’expansion mondiale de la street food et la nécessité d’y intégrer une dose de qualité, de proximité et de traçabilité.

Les produits? Bison de Collex-Bossy, lard de Begnins, pain artisanal du moulin de la Pallanterie, déclinés en sandwiches originaux, assortis de sauces maison: une version végétarienne ricotta-légumes ou le fameux pulled pork typique du Sud américain, mijoté une vingtaine d’heures à basse température jusqu’à obtention d’un effiloché moelleux et drôlement goûteux. Le bar à soupe cédera la place, au printemps, à un bar à salades. Quelques desserts sympas dans le même registre – carrot cake, brownies et autres cheese cakes – proviennent eux aussi du laboratoire rollois des frangins. A tester, l’œuf bio «parfait» de Benjamin (65° pendant 55 minutes), servi moelleux dans une brioche avec des éclats croustillants de lard, clin d’œil aux joujoux technologiques ultra-contemporains dont raffole le jeune chef starisé par les médias (Jour J, Descente en cuisine)…

What else? Des jus frais, d’excellentes bières artisanales ou les fameux kombuchas imaginés par de jeunes entrepreneurs de la région, des cafés et des thés sélectionnés avec le même soin.

Street Gourmet, Fine Food to go, 10, rue du Prince, Genève; lu-ven 7h-16h; sa 9h-18h. www.streetgourmet.ch

Publicité