Posée tout au bout du lac des Quatre-Cantons, dont elle constitue le port d’attache, Lucerne est le point de départ idéal pour s’aventurer en Suisse centrale et se laisser séduire par son charme pittoresque et sa nature préservée. Les croisières en bateau mènent sur un lac qui avec ses quatre bras prend des airs de fjord norvégien. A tout moment, il est possible de rejoindre la terre ferme. A Weggis et Vitznau par exemple, où le climat exceptionnellement doux permet aux figuiers chataîgniers et orchidées de s’épanouir en liberté.

Plaisir des sens à Weggis et Vitznau

Sur ces rives cernées de montagnes, appelées aussi la Riviera de Lucerne, de nombreux établissements hôteliers et gastronomiques étoilés offrent d’infinies possibilités pour goûter aux joies de la nature, des montagnes et de l’eau, dans des écrins qui excellent en matière d’hospitalité et d’exclusivité. Les plaisirs de la table et de la villégiature sont mis ici en harmonie avec des paysages qui invitent à la contemplation et à la méditation. Ce n’est pas un hasard si chaque année les amateurs et guides de yoga du monde entier se retrouvent au bord du lac des Quatre-Cantons pour le Yoga meets Weggis. De là, on peut aussi prendre de la hauteur et s’échapper jusqu’au Rigi (1797 m) en téléphérique depuis Weggis ou en train à crémaillère au départ de Vitznau, pour profiter d’une vue grandiose et deviner les autres réjouissances environnantes à explorer non sans prévoir une halte à Lucerne.

Lire aussi:  Une pause pour se faire plaisir au cœur de la Suisse

Lucerne, les incontournables

Se laisser vivre dans les quartiers animés comme Neustadt ou se perdre dans les ruelles de la vieille ville, Lucerne permet tout à la fois. Il y a les incontournables comme le pont de la Chapelle (Kapellbrücke), avec sa tour d’eau. Erigé en 1333, il a été la proie des flammes en 1993 et reconstruit seulement une année après. C’est un emblème de la ville tout comme le fameux le lion mourant, taillé dans la roche en mémoire des gardes suisses du roi de France morts lors de la Révolution française en 1792. Autre joyau lucernois, l’église jésuite du XVIIe siècle et son décor baroque, est réputée pour sa remarquable acoustique.

Le Lucerne contemporain est symbolisé par le KKL (Kultur und Kongresszentrum Luzern), dessiné par Jean Nouvel et inauguré en 2000. Il abrite une salle de concert considérée comme une des meilleures du monde réunissant notamment les conditions d’un silence absolu. Sur l’autre rive, se trouve le Musée suisse des transports, ouvert il y a plus de soixante ans. Cette institution fait écho à la tradition de l’optimisation des moyens de communication en Suisse, pays de montagne, qui encore aujourd’hui, avec le tunnel du Gothard, fait œuvre de pionnier en matière de mobilité. Celle-ci prend ici tout son sens, puisque depuis Lucerne les possibilités d’évasion sont nombreuses et promettent des expériences uniques, que ce soit à Willisau, autour de Sempach, dans la biosphère d’Entlebuch ou dans le Seetal

Sport et culture à Willisau

Située à une trentaine de kilomètres de Lucerne, la cité de Willisau, fondée il y a plus de sept cents ans, est un petit bijou d’architecture médiévale avec ses trois fontaines heptagonales, son hôtel de ville, ses remparts et ses portes. La bourgade est le point de départ et d’arrivée de la boucle du cœur du Napf, circuit en vélo électrique, de 150 km et de trois étapes, qui emprunte des itinéraires peu fréquentés dans des paysages vallonnés autour du Napf. Ce sommet, situé entre l’Emmental et l’Entlebuch, culmine à 1406 mètres d’altitude et offre une vue étonnante sur les Alpes.

La région fut aussi un lieu d’orpaillage et dans les ruisseaux qui dévalent du Napf, on peut encore trouver quelques paillettes d’or. Aujourd’hui c’est surtout un terrain de jeu prisé des randonneurs et vététistes. Ces derniers ont l’embarras du choix pour se ravitailler dans les auberges de montagne typiques, où il est toujours l’heure d’un bon «kafi».

Sempach, paradis du nautisme

Les Alpes en toile de fond, de douces collines verdoyantes et un lac aux contours réguliers, tel est le paysage qui s’étend dans les environs de la petite ville de Sempach. Celle-ci a été distinguée en 2017 du Prix Wakker, décerné par Patrimoine suisse pour le développement soigné de son centre historique dont la visite vaut le détour. Côté nature, le lac est un aimant irrésistible pour les amateurs de sports nautiques.

Tout le long de ses rives se déploient mille et une possibilités de goûter aux joies de l’eau: kayaks à Sursee et partout pédalos ou petits bateaux sans permis. Les itinéraires à vélo sont également très nombreux et permettent de profiter non seulement de quelques haltes gourmandes dans les fermes et chez les producteurs le long des chemins, mais aussi d’un environnement où la nature est préservée. Ce n’est pas un hasard si à Sempach les oiseaux sont rois grâce à la station ornithologique, centre national dédié à l’étude et à la protection des espèces indigènes. Ouvert au public, le centre est installé dans un bâtiment en terre crue, construction écologique pionnière dans le pays.

Unesco Biosphère Entlebuch, l’Ouest lucernois

On l’appelle le Far West lucernois: l’Entlebuch a été désignée par l’Unesco première réserve de biosphère de Suisse. Sur près de 400 km2, s’étendent des marais, des ruisseaux sauvages et des lapiaz escarpés. La faune et la flore sont ici d’une immense richesse, alors que le paysage par sa variété et ses trésors naturels est saisissant. Dans l'Entlebuch, l'Heiligkreuz (Sainte-Croix) est devenue un lieu de pèlerinage réputé pour délivrer une énergie naturellement magnétique. La randonnée est l’activité idéale pour s’imprégner des lieux et profiter de terrains variés, notamment les crêtes dentelées du Schrattenfluh (2092 m) dont on raconte que le diable lui-même y aurait porté ses griffes.

Les intrépides s’offriront le sentier du vertige de Sörenberg, de Hengst au Schibengütsch alors que les contemplatifs pourront emprunter les téléphériques de Marbachegg ou de Sörenberg. Ce dernier permet de relier le Brienzer Rothorn (2350 m d’altitude), plus haute montagne du canton de Lucerne. De ce sommet, la vue s’étend sur plus de 690 sommets et plonge dans les eaux turquoise du lac de Brienz.

Lire également:  Nos propositions de randonnées loin de la foule

Seetal, d’un lac à l’autre

Entre Lucerne et Lenzbourg, Seetal, littéralement «vallée des lacs», est un petit paradis pour qui aiment découvrir des lieux chargés d’histoire, se mettre en selle pour de longues balades à vélo, ou randonner sur les grands chemins non sans quelques haltes dégustations, et le tout dans un décor de carte postale. Entouré par les collines d’Erlosen, d’Homberg et de Lindenberg, le Seetal s’ouvre sur les Alpes de Suisse centrale avec un horizon dessiné par le Rigi (1797 m), le Pilatus (2128 m) et le Titlis (3238 m).

Et comme son nom l’indique, le paysage est ponctué de lacs, Hallwil et Baldegg. La particularité de la région, ce sont aussi ses forteresses du Moyen Âge: le château à douves de Hallwyl, construit au XIe siècle, parmi les plus romantiques de Suisse mais aussi l’imposante bâtisse de Lenzbourg perchée sur une colline ou encore l’étonnante commanderie de Saint-Jean de Hohenrain, sans oublier le château de Wildegg avec son jardin baroque et enfin le château de Heidegg. Le Seetal est également une destination gourmande où déguster les vins du cru.


Un calendrier de l’avent(ure)

A l’adresse www.adventure-kalender.ch, chaque jour jusqu’au 31 juillet, une porte s’ouvre sur une offre d’hébergement ou d’une expérience unique à Lucerne ou dans les régions de Sempach, l'Entlebuch, Willisau, Seetal et Weggis Vitznau Rigi.


 

Retrouvez tous les articles concernant Lucerne Tourisme en cliquant sur ce lien.