Un jour, une idée

Chérir la terre avec une des permacultrices du film «Demain»

Perrine Hervé-Gruyer, à la tête de la ferme du Bec Hellouin, en Haute-Normandie, est présente à Lausanne. Dans le cadre du cycle de conférences «Tout peut (encore) changer»

En Haute-Normandie, une petite ferme est devenue une référence en permaculture depuis la diffusion du documentaire Demain, réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent. On y découvrait Perrine Hervé-Gruyer, ancienne basketteuse de haut niveau, juriste internationale pour une grande entreprise en Asie, reconvertie en maraîchère bio depuis 2006.

Pour la première fois en Suisse, elle donne une conférence publique, qui s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences «Tout peut (encore) changer – suite», organisé par le Laboratoire de transition intérieure (Pain pour le prochain et Action de carême), Pôle Sud et Théofil, qui explore les dimensions de la transition au niveau de l’agriculture, de l’éducation, des relations aux animaux, de la spiritualité.

Changement de paradigme

«Nous espérons montrer, par cet événement, que la permaculture n’est pas seulement une technique agricole, précise Alexia Rossé, conseillère en durabilité forte et cheffe de projet pour le compte du Laboratoire de transition intérieure. Elle s’inscrit dans un modèle beaucoup plus global, qui œuvre pour la transition écologique avec des solutions simples et concrètes qui concernent les techniques de jardinage mais aussi l’impact de la botanique dans la société au niveau de la santé, avec la naturopathie par exemple.»

Pendant une heure, Perrine Hervé-Gruyer (ci-contre) présentera ce qui l’anime, son parcours, ses valeurs et sa vision du monde, avec en toile de fond le quotidien de la ferme du Bec Hellouin, qu’elle a créée avec son mari, Charles, un ancien marin-éducateur, «afin de nourrir les habitants des environs».

L’art du durable

Ensemble, ils prouvent qu’il est possible de produire des fruits et des légumes de manière économiquement viable sans pétrole ni chimie. En protégeant les sols et la biodiversité, en cultivant des relations harmonieuses avec les animaux et en remettant au goût du jour des outils et des gestes ancestraux. Attirant des stagiaires et chercheurs du monde entier, leur projet démontre que «plus la ferme est un milieu naturel, complexe et diversifié, plus elle devient productive, durable et résiliente».

Après la conférence et un temps pour les questions du public, les échanges se poursuivent autour d’une soupe aux légumes de la ferme de Rovéréaz, haut lieu de la permaculture romande, à Lausanne.


«Le Bec Hellouin, modèle de permaculture», conférence publique de Perrine Hervé-Gruyer, salle des Fêtes, casino de Montbenon, allée Ernest-Ansermet 3, Lausanne, ce mardi 26 novembre à 19h, participation libre et consciente.

Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité