Edith Piaf, la Môme aux origines modestes et à l’histoire tumultueuse, inspire le nom de ce nouveau restaurant. Elle chantait dans le quartier de Pigalle, quartier des «filles», tout comme celui des Pâquis à Genève, qui, avec ses ruelles aux lumières rouges et, deux pas plus loin, les hôtels cinq étoiles qui se reflètent sur la surface du lac, offre une vision contrastée de la ville. «Tout touriste qui passe par Genève transite par ce quartier. Une clientèle internationale pour un quartier populaire, qui selon moi n’a pas encore connu le véritable boom auquel il est destiné», s’exalte Hugo De Deus qui vient d’inaugurer son restaurant, juste à côté de la boîte de nuit Mambo qu’il possède depuis huit ans.

Pour son bistrot, il a choisi un look sobre, dominé par les boiseries en association avec des murs d’un bleu intense rythmés par des appliques cuivrées. Les chaises et les pieds de tables meublaient son regretté voisin, Le Palais Mascotte, un des plus anciens cabarets d’Europe, où Edith Piaf s’était notamment produite. La première carte du restaurant ose le grand écart en suivant les tendances gastronomiques du moment.