Un jour, une idée

Choba Choba, le cercle vertueux des amateurs de chocolat

La seule marque suisse cofinancée par des producteurs de cacao invite les consommateurs à découvrir les sources de l’industrie pour mieux en comprendre les enjeux

On le choisit noir, blanc ou au lait. Sur les rayons des supermarchés, en version équitable dans les épiceries bios ou luxe chez les confiseurs. On le mange souvent les yeux fermés. Au sens propre et figuré. Et d’autant plus à Pâques, un événement lucratif pour l’industrie du chocolat suisse, avec environ 5000 tonnes vendues chaque année.

«Pour autant, les agriculteurs qui cultivent et récoltent le cacao ne perçoivent qu’un revenu infime. Ils vivent avec moins de 1 dollar par habitant et par jour, relève Eric Garnier, cofondateur de Choba Choba. La faute aux trois multinationales dominantes qui contrôlent le marché mondial. Les différents labels de certification permettent parfois de rémunérer un peu mieux les producteurs, mais ne remettent pas en cause un rapport de force déséquilibré.»

Lire aussi: Du Pérou jusque chez vous: du chocolat en circuit court

C’est ce constat qui a poussé Eric Garnier, ancien cadre pour une marque française de chocolat bio et équitable, et Christoph Inauen, alors chargé du développement durable chez un chocolatier suisse, à fonder en 2015 la première entreprise de chocolat suisse en partenariat avec des producteurs de cacao. Quarante producteurs péruviens reçoivent non seulement un prix 2,5 fois supérieur à celui perçu grâce aux certifications durables, mais ils sont également cofondateurs (photo ci-dessous) et actionnaires en détenant 22% des parts de l’entreprise basée à Berne.

«Notre mission est de créer une communauté de consommateurs conscients des enjeux, un cercle vertueux entre producteurs et clients, à même de mettre les marques dominantes sous pression et d’entamer la révolution du chocolat», poursuit le cofondateur. Dans ce sens, il organise des rencontres début avril avec deux des producteurs en visite en Suisse, qui participeront entre autres à Festichoc à Versoix les 6 et 7 avril prochains.

Mais il prévoit aussi des voyages guidés de douze jours dans l’Amazonie péruvienne sur les cultures du cacao de l’Alto Huayabamba (photo ci-dessus). Trois départs sont prévus en juin, deux en automne. «L’occasion de vivre au cœur des communautés de producteurs et de comprendre ce que signifie pour ces agriculteurs d’être devenus entrepreneurs plutôt que fournisseurs de matière première exploités par l’industrie», conclut Eric Garnier de la marque vendue dans 80 lieux en Suisse et via sa boutique en ligne.


Choba Choba, chocolate revolution. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité