Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
n/a

Chronique horlogère

La Chopard de l’ombre

Lorsque l’on célèbre un important anniversaire, il y a invariablement un cadeau qui éclipse les autres. Cette petite chronique horlogère veut offrir à la L.U.C GMT One le coup de projecteur qu’elle n’a pas eu à sa sortie

Lorsque l’on célèbre un important anniversaire, il y a invariablement un cadeau qui éclipse les autres. Un cadeau plus sophistiqué, plus chic, qui attire toute la lumière sur lui. Et qui relègue les autres attentions un peu derrière, dans la pénombre. Dans l’horlogerie, c’est pareil.

C’était à la fin de l’année 2016. La marque joaillière et horlogère Chopard célébrait alors les 20 ans de sa manufacture de Fleurier (NE). Evénement majeur, auquel assistait d’ailleurs une bonne partie de la famille Scheufele, propriétaire de la marque. Devant la presse internationale, à l’heure de la partie officielle, le coprésident de l’entreprise, Karl-Friedrich Scheufele, semblait manifestement ému. Il présentait la première montre à répétition minutes de l’histoire de Chopard: la L.U.C Full Strike.

Lire aussi: Chopard célèbre sereinement les 20 ans de sa manufacture (08.11.2016)

Oubliez les quantièmes perpétuels et autres tourbillons. Dans la hiérarchie parfois disputée des complications horlogères, la répétition-minutes surclasse toutes les autres. Il faut dire que faire cohabiter 533 composants en une structure mécanique permettant de sonner sur demande les heures, quarts et minutes sur des timbres en cristal de saphir (!) n’est pas à la portée de tout le monde. Surtout si l’ensemble doit tenir dans une boîte de 42 mm de diamètre pour 14,9 mm d’épaisseur – imaginez à peu près six pièces de 5 francs les unes sur les autres. Quand l’on pense que le calibre en question a nécessité 17 000 heures de recherches et a généré trois brevets différents, on comprend l’émotion.

En revanche, ce qui nous chiffonne, c’est que la sortie de cette Full Strike de tous les superlatifs – qui a évidemment fait date dans l’histoire de la manufacture Chopard – a complètement éclipsé une autre montre sortie quasi simultanément: la (trop) humble L.U.C GMT One. Annoncé quelques semaines seulement avant la Full Strike, ce modèle est passé largement inaperçu. Cette petite chronique horlogère veut donc lui offrir le coup de projecteur auquel il n’a jamais eu droit. Ce d’autant que, on l’a bien vu lors de la récente Foire de Bâle, la complication GMT revient plus que jamais sur le devant de la scène.

Collection emblématique

Alors bien sûr, la complication proposée par la référence 168579-3001 est un brin moins sophistiquée qu’une répétition-minutes. Elle permet «uniquement» d’afficher le temps selon deux fuseaux horaires différents (et non de chanter sur demande l’heure qu’il est). Mais il faut aller au-delà de cette comparaison qui ne fait guère de sens.

Pour moins de 10 000 francs – la Full Strike coûte environ 24 fois plus – vous accrochez à votre poignet un mouvement manufacture certifié par le COSC, dont les ponts ont tous été décorés et dont chaque composant a été anglé. En d’autres termes: son calibre visible grâce à un fond saphir est beau en plus d’être extrêmement précis. Dans cette gamme de prix là, ce niveau de finitions n’est pas fréquent.

Allons même plus loin: le terme de manufacture n’est ici (de loin) pas usurpé. Du dessin technique du mouvement à son contrôle qualité, en passant par la fonte des métaux, l’usinage de la boîte ou les décorations faites à la main, tout a été réalisé en interne, à Fleurier. Enfin, si elles sont certes moins connues que les Speedmaster ou les Royal Oak, les L.U.C méritent néanmoins leur place au panthéon des collections emblématiques de l’horlogerie. Baptisée d’après le nom du fondateur de l’entreprise Louis Ulysse Chopard, la collection compte quelque 11 calibres déclinés en plus de 80 variantes différentes.

Parmi elle, la L.U.C Full Strike, bien sûr. Mais également des dizaines de petites perles comme la GMT One, qui méritent, elles aussi, de parfois sortir de l’ombre.


Spécificités

Marque: Chopard

Collection: L.U.C

Nom complet: Chopard L.U.C GMT One

Diamètre: 42 mm

Boîtier: Acier

Calibre: L.U.C 01.10-L, mécanique à remontage automatique

Réserve de marche: env. 60 heures

Etanchéité: jusqu’à 50 mètres

Prix: 9880 francs


Nos autres chroniques horlogères

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a