Geekologie

Le Chromecast, saison 3

Le petit accessoire de Google subit un léger lifting. Son prix demeure identique

En 2013, Google lançait son premier Chromecast, un appareil d’un nouveau genre destiné à augmenter les capacités de son téléviseur. Depuis peu, la multinationale commercialise la troisième version de son accessoire. Une nouvelle génération qui n’apporte pas d’innovation révolutionnaire, mais qui nous permet de nous intéresser à un appareil très simple à utiliser qui permet de doper son téléviseur.

On a beau parler depuis des années de TV connectées, certains téléviseurs ne sont pas encore reliés à internet. Et même lorsqu’ils le sont, la navigation entre les menus et les applications est parfois fastidieuse. Le Chromecast permet d’y remédier aisément. Semblable à un petit coussin, il se branche sur un port HDMI du téléviseur et est alimenté en USB. Il faut ensuite le connecter à son réseau wifi. Et c’est parti: on peut ensuite, via son smartphone – que ce soit un Android ou un iPhone – diffuser son contenu sans fil vers son téléviseur.

On peut ainsi afficher sur l’écran des vidéos YouTube ou des films et séries de Netflix. Il est aussi possible d’afficher l’écran de son smartphone sur celui de son téléviseur – ce qui est pratique pour montrer des photos, par exemple. Via le navigateur Chrome, on peut également afficher en grand des sites web – aussi depuis son PC ou Mac. Le Chromecast donne la possibilité de diffuser sur sa TV de la musique issue de Spotify ou de YouTube Music. Enfin, l’appareil permet de contrôler en partie son téléviseur de la voix via le service Google Home.

Lire également: Chromecast permet de diffuser presque tous ses contenus sur son téléviseur

Côté nouveautés, la version 3 du Chromecast – dont le prix est resté stable à 39 francs –, est désormais capable de diffuser des vidéos 1080p à 60 images par seconde, contre 30 précédemment. Pour diffuser en 4K, il faut acquérir le Chromecast Ultra, coûtant environ 95 francs.

Publicité