Juste avant que ne déferle la pandémie en mars, une librairie a (discrètement) ouvert ses portes à Lausanne. Si vous en aviez alors franchi le seuil, vous auriez découvert, entre les rayonnages de Stendhal et de Balzac… un antre à cocktails. Caché au cœur de la Cité, Le Vestibule reprend les codes des speakeasy, ces bars clandestins populaires au temps de la prohibition – habilement dissimulés derrière une devanture de barber shop ou de laverie.

Lire aussi: Au Vestibule lausannois, des cocktails très secrets

Le concept était encore inédit à Lausanne, mais n’aura pu révéler ses secrets que quelques mois avant l’arrivée de la deuxième vague. Un coup dur pour Randy Schaller, Andrés Lizano et Olivier Sutter, les trois amis derrière ce Vestibule canaille. Mais après le choc, cette envie de rebondir face à la crise, et cette réflexion: nous sommes certes privés de tablées, mais pourquoi renoncer aux douces boissons?

De là est née la marque Elixir de Joie: des cocktails, la spécialité de la maison, proposés en bouteille et à l’emporter. Le principe est simple: on choisit son breuvage, que l’on peut commander (sur le site ou sur la page Instagram dédiée) en précisant l’heure de retrait souhaitée. Ou alors se laisser inspirer au moment de passer au Vestibule, les jeudis, vendredis et samedis soir.

Touche sophistiquée

A la carte, les best-sellers: un pisco automnal au pruneau, un Valais of Death (abricotine, prosecco et pamplemousse) ou encore un gin romarin-basilic délicieusement aromatique, qu’un des compères prépare à la minute. Pour 25 francs environ, on repart avec l’équivalent de deux cocktails encapsulés dans une jolie bouteille rétro, aux allures de flacon médicinal. Sans oublier les citrons séchés dans un petit sachet à côté, pour la touche sophistiquée.

Tous les ingrédients nécessaires pour se la jouer Hemingway dans son salon. «On conseille de secouer quelques secondes, histoire de bien libérer les arômes, et idéalement de servir avec quatre ou cinq glaçons», précise Randy Schaller. Et si la bonne coupe manque au placard? Il sourit: «N’importe quel verre, même un Ikea, fera l’affaire!»

Si l’initiative ne suffira pas à renflouer les caisses du speakeasy lausannois, «elle nous permettra de garder contact avec la clientèle, lui faire plaisir et de rester actifs durant cette période assez démoralisante», résume Olivier Sutter. Si le test s’avère concluant, l’équipe n’exclut pas de prolonger la vie de l’Elixir et, pourquoi pas, de le livrer un jour par la poste. Un cocktail dans sa boîte aux lettres? On n’aura pas fait liqueur plus secrète.


Elixir de Joie, cocktails maison en bouteille, après commande sur internet, retraits au Vestibule, rue Cité-Devant 4, Lausanne, tél. 021 515 29 39, je-sa 17-20h. Retrouvez tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».