Beauté

Cosmétique: en quête de la volupté des courbes

Des cheveux à la poitrine, en passant par la bouche, la recherche du volume est un terrain de jeu illimité 

Du volume. Encore et encore. C’est de ça qu’il était question chez Valentino, lors des défilés haute couture automne-hiver 2018-2019. Des robes aux manteaux, en passant par les cheveux qui, tirés en arrière, étaient laqués à bloc. Ce décollement excentrique de racines hyper-instagrammé catalyse la fascination pour les cheveux dans le vent. Que ce soient les brushings faussement naturels de Kate Middleton et sa nouvelle belle-sœur. Ou toutes ces figures de féminité, de Brigitte Bardot à Catherine Deneuve, de Michelle Obama à Brigitte Macron, dont les chevelures bombées marquent l’imaginaire collectif.

La fascination, voire l’obsession, du volume ne date pas d’hier. La femme, en particulier, a toujours été sensible au volume des mèches, que ce soit pour le réduire ou l’augmenter. La mode des poufs capillaires à la cour de Marie-Antoinette en incarne la démesure. «C’est pareil pour les volumes du visage et du corps qui évoluent au fil de l’histoire, analyse Alen Glavan, make-up artist et formateur Clarins. Si on observe les peintures du XVIIIe siècle, on s’aperçoit que les courbes étaient voluptueuses, les yeux très ronds, presque globuleux, les sourcils très fins en demi-cercle, pour une expression étonnée et les lèvres en cul-de-poule. Depuis les années nonante, les silhouettes amincies se galbent de volumes au niveau des lèvres et de la poitrine.»

Lire aussi: Quand le maquillage se prend pour Photoshop

Des laques au «contouring»

Que ce soit par des produits de soins qui traitent le problème ou de maquillage qui permettent de donner l’illusion de vide ou de plein, la cosmétique fait de la quête du volume un terrain de jeu. Les astuces soin et maquillage pour pulper yeux, visage et décolleté ont toujours existé. Shampoings volumisateurs, laques, gel galbant pour les seins, crème repulpante, base comblante, sérum densifiant, poudre illuminatrice, mascara recourbant, gloss pailleté… A chaque partie du corps ses promesses.

Le secret du volume tient dans le geste d’arrondir la partie supérieure: le cœur de la lèvre ou le creux du décolleté

Alen Glavan, make-up artist

«En ce moment, le maquillage se résume au contouring et au strobing. En bref, le clair donne du volume, le foncé affine et sculpte, poursuit l’expert. Le but est de pouvoir jouer avec l’image qu’on veut donner. Un visage rond est souvent perçu comme enfantin, tandis que des pommettes anguleuses apportent un côté plus masculin.» De la même manière, des lèvres maquillées dans des couleurs claires et nacrées semblent plus pulpeuses. Alen Glavan conseille de poser un fond de teint en base, puis de redessiner les lèvres avec un crayon en augmentant légèrement, sans trop déborder. «Le secret du volume tient dans le geste d’arrondir la partie supérieure, le cœur de la lèvre. Ou le creux du décolleté avec une poudre soleil. Ce sont typiquement des zones qui perdent de leur galbe avec l’âge.» Autre option: essayer l’un des nombreux rouges bicolores qui essaiment le marché, avec une teinte sur le pourtour et une autre plus claire au centre, ils créent une illusion d’optique immédiate surprenante.

Pommettes hautes

Sur les yeux, le mascara permet d’étoffer son regard, surtout s’il est volumateur. Les soins capillaires peuvent eux aussi densifier les cheveux. Des principes actifs qui ciblent à la fois le bulbe capillaire et la fibre aident la chevelure à avoir plus de corps et donc à paraître plus épaisse.

Lire également: Julien Dossena, de Paco Rabanne: «Je propose, et j’espère que les femmes disposent»

Au niveau des crèmes et des sérums, les principaux effets recherchés concernent la densité du visage. Pour ralentir le relâchement cutané, les gammes anti-âge tentent de remodeler les contours du visage et de redonner ses volumes au visage. «Si la cosmétique se donne tant de mal pour repulper les traits, c’est parce que les pommettes hautes et les joues rebondies sont signe de jeunesse. La perte de volume, très fréquente, altère la structure et la forme de l’ensemble du visage», confirme le spécialiste.

Publicité