Un jour, une idée

La cravate réenchantée

Contrairement à la montre et, dans une moindre mesure, aux souliers, la cravate ne bénéficie plus du statut de révélateur du goût de celui qui la porte. Paolo Luban veut changer cela

Il suffit d’arpenter les quartiers d’affaires, les clubs, les théâtres et autres lieux qui requièrent – plus ou moins fermement – son port pour le remarquer sans peine: la cravate souffre d’être imposée. Tel l’inutile accessoire d’un morne uniforme, plus personne ne semble désormais y accorder la moindre importance. Résultat? Couleurs sans panache, motifs usés à force d’être répétés, matières et confection indigentes dans bien des cas.

Contrairement à la montre et, dans une moindre mesure, aux souliers, la cravate ne bénéficie plus du statut de révélateur du goût de celui qui la porte. «Elle a été complètement désinvestie affectivement», note Paolo Luban, ancien acteur du monde de la finance genevoise dont l’intérêt pour les beaux objets l’a amené à fonder récemment Loïc et giL afin de réenchanter le monde de la cravate.

Trois tissus différents pour une bonne cravate

Soucieux du moindre détail, l’homme a tout d’abord minutieusement analysé l’offre des grandes marques, visité les fabricants et leurs sous-traitants et procédé à de nombreux essais avant de trouver son modèle de cravate idéal. Car sous une apparente simplicité se cache une complexité insoupçonnée. «Pour conférer volume et tenue à la pièce, par exemple, et ainsi assurer un parfait tombé, sa structure interne se compose de trois tissus différents, invisibles mais néanmoins indispensables», explique le passionné.

Produit complexe

Une production complexe, bien éloignée des standards industriels, réalisée à la main grâce à un exceptionnel savoir-faire encore présent sur les bords du lac de Côme. Mais ce qui frappe avant tout, c’est la fraîcheur du design et des couleurs des cravates estampillées Loïc et giL. Teintes et motifs délicats, inédits, un subtil mélange que développent des designers internes et externes avec pour ambition de renouveler le genre.

Pari réussi avec une gamme rafraîchissante, riche aujourd’hui d’une douzaine de modèles déclinés en plusieurs couleurs… et en deux longueurs (150 et 160 cm), afin de s’adapter parfaitement à la taille de celui qui les porte! Des détails qui n’en sont pas.

www.loicetgil.com

Publicité