La nouvelle a d’abord fait lever les sourcils. Pourquoi se frayer une place sur le terrain de la beauté, déjà bien occupé par les autres maisons de luxe françaises? Comment assurer le niveau d’excellence de création de l’illustre sellier avec des crèmes ou des fards à paupières fabriqués dans des laboratoires externes aux ateliers? Quel intérêt à tenter de faire entrer l’aura d’Hermès dans un tube de rouge à lèvres?

C’est avec une certaine réserve, donc, que nous avons assisté à la présentation de ce nouveau métier, comme le nomme la maison, à Paris en février dernier. Mais la magie Hermès a vite opéré. La sincérité de la démarche et l’ampleur de la collaboration créative autour du premier geste de beauté – une collection dédiée aux lèvres – donnent tout son sens à ce début d’histoire.

A sa tête, quatre maîtres d’œuvre, Bali Barret, Pierre Hardy, Jérôme Touron et Christine Nagel. «Leur travail sur l’objet, la matière, la couleur, le geste, et ce nouveau champ sensoriel qu’est la texture, s’est organisé librement ces cinq dernières années, dans un jeu d’affinités et de correspondances, annonce Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique d’Hermès. La beauté chez nous, ce n’est pas le paraître, c’est le bien-être. Thierry Hermès s’était fait connaître par ses harnachements si fins qu’ils libéraient l’animal et révélaient sa beauté. Nous avons gardé cette philosophie, cette relation respectueuse au vivant.»

Pour en savoir plus sur Pierre-Alexis Dumas:  «Hermès s’offre la Lune»

A l’instar du cavalier habillé des gants jusqu’aux bottes, Hermès «équipe» la femme pour sa beauté, avec des objets complémentaires aux rouges: baume hydratant et lissant, brillant Poppy, crayon universel, pinceau en bois laqué, étuis de cuir. La collection compte 24 teintes. En écho au chiffre 24, l’adresse historique de la maison située rue du faubourg Saint-Honoré à Paris. Parmi elles: Rouge Amazone, Rouge Bleu, Rouge Orange, Rouge Piment, Beige Tadelakt, Rose Boisé, Rose Encens, Rose Indien, Rose Zinzolin, Corail Flamingo et les emblématiques Rouge H, Rouge Casaque et Orange Boîte, fidèle à la teinte des cartons de la maison. «A la manière d’un carré de soie sur le cou d’une femme, créant l’éclat, nous voulions trouver ou retrouver cette émotion de la couleur. Un rouge comme une humeur, un trait d’esprit, une signature révélant la personnalité d’une femme sans la transformer», note Bali Barret, directrice artistique de l’univers féminin Hermès.

De couleur et de senteur

Les rouges sont conçus au sein d’un laboratoire de recherche et développement dédié à la beauté, situé au Vaudreuil, en Normandie. «Nous avons privilégié l’utilisation d’ingrédients justes, à leur juste dose, et d’une totale innocuité. Dans le respect de l’environnement et dans un esprit de responsabilité sociale et sociétale», assure Jérôme Touron, qui a rejoint la maison pour diriger la création de ce nouveau secteur. A l’image du cuir aux différentes finitions, les rouges sont proposés en deux finis, l’un satiné, l’autre mat, inspirés par l’analogie tactile et visuelle du cuir doblis, à l’aspect doux et au toucher poudré, et du cuir box, lisse et lumineux. De l’extrait exclusif de mûrier blanc, clin d’œil à la filière de la soie, a été intégré aux formules. L’empreinte olfactive discrète des textures, imaginée par Christine Nagel, le nez d’Hermès, est marquée par des notes de santal, d’arnica et d’angélique.

Lire aussi: Christine Nagel: «Je perçois les odeurs en textures»

La conception de l’objet a été confiée au designer de mode Pierre Hardy, également directeur de création chaussure, bijouterie et joaillerie Hermès. «J’ai cherché une forme simple, radicale, qui soit à la fois totémique et ritualisée pour permettre de regrouper les objets et de faire signe», relève-t-il. Les tubes sont constitués d’un jeu de métal laqué, brossé et poli à la main, teinté de noir, blanc et Permabrass (un or patiné), avec au sommet le logo maison légèrement incurvé pour favoriser la position du pouce. L’ambition est d’en faire des objets durables, rechargeables, grâce au mécanisme interchangeable qui contient le raisin. Protégés par des pochons en toile naturelle, les rouges Hermès sont pensés comme des bijoux à glisser dans son sac. En attendant les prochaines incarnations de cette vision Hermès de la beauté. Des palettes de couleur destinées au visage, puis des produits de soin, murmure-t-on.

A propos de Pierre Hardy, «La bonne chaussure est celle qui trouve le bon pied. C’est Cendrillon inversé»