Depuis la rue bordée de pins, R.A.S. (rien à signaler). Juste un long édifice en béton brut, a priori banal, genre zone industrielle policée. Il se trouve que c’est un campus. On pénètre dans son enceinte par le côté est, où nous encadrent deux bâtiments administratifs et de grands eucalyptus. On continue d’avancer, le temps de gravir quelques marches. Et soudain, le monde bascule. Flanquée de deux rangées de blocs de béton et de teck, une immense cour en travertin s’offre à nous, surplombant le Pacifique et ses falaises. Un étroit canal d’eau la fend sur toute sa longueur et oriente le regard vers l’horizon, à l’ouest, là où le ciel semble étreindre l’océan. De cette composition monacale, il émane quelque chose de quasi mystique. Une force supérieure, possiblement.