En 2007, à seulement 19 ans, elle fait une entrée fracassante dans le monde du bijou, injectant son audace dans des joyaux naviguant entre charme abstrait et pièces figuratives, voire surréalistes. En 2010, deux de ses créations d’inspiration animalière intègrent déjà la collection permanente du Musée des arts décoratifs de Paris. Pour la dernière collection «Two in One», elle a décontextualisé le piercing en l’associant aux perles, symbole bourgeois par excellence. Nous retrouvons Delfina, quatrième génération de la famille Fendi, à Rome, où cet empire matriarcal a été fondé en 1918. Sa voix grave et suave retrace anecdotes et réminiscences qui nous aident à mieux comprendre son vocabulaire artistique et sa conception du bello.

Notre article: Le sacre du bijou italien