Un jour, une idée

Dim-Sun, une surface d’art au milieu des brocanteurs à Lausanne

Deux artistes créent une œuvre au centre de la place la Riponne chaque premier dimanche du mois

Les chineurs qui passent à la brocante de la Riponne les dimanches l’ont sans doute remarqué. Le nouveau stand Dim-Sun n’a rien à voir avec la gastronomie asiatique. C’est une surface d’art, créée par Camille Lichtenstern et Lucas Ulhmann, qui se sont rencontrés sur les bancs de l’ECAL. «Cette idée nous est venue en observant la structure du marché, les gens, leurs interactions», raconte Camille, qui souhaite amener l’art vers le grand public avec ce projet. Et surtout le rendre visible et gratuit.

Tous les premiers dimanches du mois, avec un nouvel artiste invité, Camille et Lucas s’installent donc sur une parcelle du marché, au milieu des autres brocanteurs. Ils imbriquent ainsi leur exposition dans l’activité de la place. Ce format court, puisqu’il dure uniquement le temps d’une journée, est peu commun pour une intervention artistique. «Le lieu, la durée, le public, font que les artistes abordent l’expo différemment», explique Camille Lichtenstern. Les projets sont tous plus ou moins participatifs. Quelques exemples: une tombola et une vente de gâteaux par le collectif Harpe 45; une vente aux enchères par l’artiste suisse Darren Roshier; un livre de recettes récoltées auprès des exposants du marché par Gaya Topow, food artist venant de Paris; ou encore une fête de jour organisée par le collectif lausannois Axaxaxa.

La démarche prend le contre-pied de la manière habituelle dont les choses se passent dans le petit monde fermé de l’art. Les expositions, coincées entre les quatre murs d’un White Cube ou calfeutrées dans des musées dont l’entrée est souvent très chère, excluent tout un pan de la population qui pourrait pourtant être un public potentiel. Le format du vernissage aussi, est remis en question. Ces événements destinés uniquement aux initiés sont rarement des modèles de chaleur et de convivialité. «Nous voulions déjouer cette pression sociale, rendre l’art accessible et plus léger, poursuit Camille, afin de créer une rencontre entre les producteurs et les spectateurs de la scène culturelle.»


Dim-Sun, chaque premier dimanche du mois, place de la Riponne, Lausanne.

Publicité