«Le télétravail a du sens en soi, par le fait qu’il est une autonomisation positive pour les employés: ces derniers peuvent travailler où ils veulent, pas seulement chez eux, mais aussi dans les espaces de coworking en pleine croissance. Il trouve aussi du sens dans la libération psychologique forte qu’il représente pour les collaborateurs. J’entends par là qu’en n’étant pas visible en permanence dans les blocs de verre que sont les open spaces des entreprises d’aujourd’hui, on est libéré du stress et du souci de l’image de soi que l’on donne aux autres. Beaucoup de théâtralité et de comédie humaine se joue à travers le présentiel. Dans ces grands espaces dénués de matières, de murs et de bureaux fermés, on est inconsciemment en représentation permanente. A force d’être sans cesse soucieux de leur image, les employés sont toujours dissociés d’eux-mêmes, ou en dédoublement, comme le dit Sartre.