Un jour, une idée

Duende, un vin hors norme

La cuvée très confidentielle Duende, élaborée par Jacques Perrin et Maurice Zufferey, bouscule-t-elle gentiment celui qui la découvre et l’emmène illico sur des rivages gustatifs et olfactifs inconnus

En matière de dégustation de vin, l’incroyable diversité des terroirs, des cépages et des approches des vignerons représente une inépuisable source de découvertes et, parfois, d’émerveillement. Ainsi la cuvée très confidentielle Duende, élaborée par Jacques Perrin et Maurice Zufferey, bouscule-t-elle gentiment celui qui la découvre et l’emmène illico sur des rivages gustatifs et olfactifs inconnus.

Où débute cette belle histoire

L’histoire débute par la découverte d’un vin espagnol qui déclenche, chez l’un des futurs pères de cette cuvée valaisanne, une émotion troublante, profonde. Proche dans l’esprit de cette inspiration soudaine, nommée précisément Duende, qui confine à la transe et saisit sans crier gare l’artiste lorsqu’il s’adonne au flamenco. Restait à retranscrire ce caractère dionysiaque, qui inspira à Garcia Lorca de superbes passages, dans un vin à nul autre pareil.

Des cépages peu communs

La solution, inédite et exigeante, combine plusieurs facteurs. Tout d’abord, l’assemblage de plusieurs cépages peu communs – païen, humagne blanche, rèze, petite arvine et completer –, historiquement présents en Valais, procure une originalité indiscutable à la cuvée. Ensuite, le mode d’élaboration qui renoue avec une façon très ancienne de produire les vins blancs en Valais. La macération avec les peaux, comme pour les vins rouges, permet la présence de tanins très fins et un relief en bouche unique. Enfin, le travail titanesque effectué lors de la vendange, avec pas moins de 100 heures dédiées à la sélection, grain par grain, de la quintessence d’une récolte totale de… 500 kilos de raisin en 2014!

Un travail d’orfèvre

Un travail d’orfèvre pour un vin qualifié d’épiscopal par certains spécialistes, tant il évoque au nez l’encens et l’opulence en bouche. Une vision alliant esthétique ancienne et précision contemporaine, qui n’est pas sans rappeler les grands hermitages blancs. A déguster entre 12 et 14 °C avec du poisson, des crustacés, une viande blanche ou simplement pour lui-même. Production de 300 bouteilles pour le premier millésime (2014), proposées à CHF 59.- l’unité.


CAVE SA, Genève et Gland, www.cavesa.ch, 022 354 20 20

Publicité