MOde

Etudes de styles

Jeudi, la HEAD genevoise organisait son défilé annuel. Emilie Veillon y a joué les chasseuses de look sous l’objectif du photographe Eddy Mottaz. Les habits des étudiants de mode? Il ne leur manque que la parole

Des robes gonflées à l’hélium, des ballons argentés XXL qui se prennent pour des vestes. Et puis, une heure plus tard, les collections des nouveaux diplômés, exposées comme des statues dotées de mouvement. C’était là le début et la fin du défilé annuel de la section design de mode de la HEAD, la Haute Ecole d’art et de design de Genève. 2000 personnes, pour admirer tout un vestiaire (tout un bestiaire, aussi) de vêtements entre extravagance et réalisme, ébauche et œuvre aboutie.

Deux collections primées. D’abord celle de Julie Simon et ses robes crochetées comme traversées de biches, interrogeant les limites entre le vêtement et l’objet. Ensuite celle de Maxime Rappaz, beige, turquoise, élégance au carré.

Publicité