Un jour, une idée

La fin du désert gastronomique à Flaine, grâce aux produits locaux

Jusqu’à cet hiver, on y skiait bien mais on y mangeait mal. Puis le 1967 Boire & Manger a ouvert dans la station de ski haut-savoyarde

Station de ski bien connue des Genevois, Flaine est célèbre pour le désert de Platé, un immense plateau calcaire sis à 2471 m d’altitude, avec vue imprenable sur le Mont-Blanc. Malheureusement, Flaine a aussi longtemps été un Sahara gastronomique. Comblé par les pistes du domaine du Grand Massif (qui regroupe 5 stations, dont Flaine), le skieur était condamné à carburer aux sempiternelles tartiflettes, à des pizzas d’une infinie tristesse, voire, pour les plus téméraires, aux étonnants diots savoyards, des saucisses cuites sur un lit de sarments de vigne et baignées dans un redoutable vin blanc local.

Comme tout désert, celui-ci comporte des oasis. L’horizon culinaire s’est éclairci cet hiver avec l’ouverture du 1967, un restaurant totalement à contre-courant de l’offre existante. Le concept des patrons Sophie et Frank? Des produits locaux et cuits dans un four à braises. Les viandes sont fournies par des paysans locaux, à qui il faut rendre visite chaque semaine à Magland, dans la vallée de l’Arve, pour s’approvisionner. Même chose pour les maraîchers d’Arâches-la-Frasse, qui ne font pas de livraison.

Le restaurateur doit se battre pour apporter des produits de qualité dans ce vallon isolé d’où est sortie la station à la fin des années 1960 (la première remontée mécanique est entrée en service en 1967), sous l’impulsion de l’architecte genevois Gérard Chervaz. Et si aucune viande haut-savoyarde n’est disponible, elle est retirée de la carte jusqu’au prochain voyage en vallée.

De ce restaurant situé à proximité de la principale remontée mécanique, le DMC16 des Grandes Platières, on garde un souvenir ému de côtelettes d’agneau ayant grandi en alpage au col de Pierre-Carrée, juste au-dessus de la station à l’architecture Bauhaus. La pièce du boucher et les raviolis farcis au reblochon et au jambon cru constituent d’autres réussites.

Les escargots en panne

Ce jour-là, les escargots – eux aussi de Magland – n’avaient pas réussi à monter la route, probablement à cause du verglas. On s’est rabattu sur une tatin de tomate rafraîchissante en entrée et des carottes au gingembre et au miel. Le burger chorizo-tomme de Savoie, ce sera pour une prochaine visite, probablement à midi en terrasse. Le soir, la salle tout en longueur accueille une dizaine de couverts, on peut aussi manger sur des tabourets de bar.


1967 Boire & Manger, immeuble Aldébaran, Flaine/F, tél. 00336 62 22 04 63 et 00334 50 90 87 40, lu-di 8h-23h.

Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité