Design

Finnoiseries

Fondé par l’architecte finlandais Alvar Aalto en 1935, Artek cultive depuis quatre-vingts ans la modernité scandinave. Et d’ailleurs aussi

La marque appartient à l’histoire du design, au même titre que l’Autrichienne Thonet, la reine vénérable de la chaise bistrot. Fondé par Alvar Aalto à Helsinki en 1935, Artek fêtait donc en octobre ses 80 ans. A l’origine, il s’agissait pour l’architecte finlandais de résoudre un problème.

Fonctionnaliste mais proche de la nature, il projette alors toute une série de meubles en bois courbé dans un pays où les forêts ne manquent pas. La technique a l’avantage d’utiliser peu de matériau. Elle reste cependant à inventer. Aalto s’associe avec Otto Korhonen, menuisier à Turku, pour développer un nouveau processus capable de contraindre des planches de bouleau aussi facilement que de la gomme. Sous le nom d’Artek, ils vont ainsi produire le fameux tabouret n° 60, la chaise longue n° 41 «Paimio», destinée au sanatorium du même nom construit par Aalto en 1929, et toute une gamme de mobilier aux lignes pures et simples parmi les plus iconiques de la modernité.

A partir des années 40, la maison de meubles se diversifie en éditant d’autres designers finnois: Ilmari Tapiovaara, notamment, auteur de la chaise Mademoiselle et de la table Tee Tee et son plateau aux formes organiques typiques. En 1964, la marque 100% bois s’essaie à la fibre de verre. Elle produit le fauteuil Karuselli, meuble bien dans l’esprit space age de son époque, dessiné par Yrjö Kukkapuro.

Jusqu’aux années 2000, Artek va ainsi capitaliser sur une centaine de modèles sans vraiment chercher à collaborer avec le nouveau vivier de créateurs contemporains. A l’exception de Sedia, chaise en bois de 1974 par l’Italien Enzo Mari que la marque finlandaise mettait en 2010 à son catalogue et de deux projets développés avec l’architecte japonais Shigeru Ban en 2009. En 2013, l’éditeur suisse Vitra rachetait l’entreprise finlandaise et plaçait à sa tête Marianne Goebl. A son arrivée, l’ancienne directrice de la foire Design/Miami, autrefois responsable de la communication internationale de Vitra, poursuivait la politique patrimoniale de la marque tout en multipliant les projets avec des designers internationaux. L’Allemand Konstantin Grcic signait ainsi sa première création avec Artek en 2014. L’année dernière c’était au tour des Français Ronan et Erwan Bouroullec de lancer une toute nouvelle collection. Des étagères et des tables baptisées Kaari («arche» en finnois) dont le nom se rapporte ainsi au principe structurel qui sert de base à toute la ligne.

Publicité