Un jour, une idée

Des fripes qui ont la frite dans un bar carougeois

Mes Pulls Font la Manche, vide-dressing nomade doublé d’un brunch artisanal, s’invite dans la cité sarde le temps d’un week-end. Une manière responsable et surtout hyperconviviale de faire son shopping

C’est un fait, la conscience verte se réveille. En marge des manifestations pour le climat, nous sommes nombreux à repenser nos habitudes, du contenu de notre assiette à celui… de notre garde-robe. Depuis quelques années, le vide-dressing, une sorte de marché aux puces dédié aux fringues, se pose en alternative aux sessions de shopping frénétique.

Parmi les pionniers du genre, il y a Mes Pulls Font la Manche, lancé en 2012 par un groupe de copines à Genève. «Il existe suffisamment de vêtements pour qu’on n’ait pas besoin d’en produire davantage, estime Laetitia Fabre, cofondatrice. L’idée est d’inciter les gens à acheter de manière plus responsable, pour leur porte-monnaie et la planète.» Sur les cintres de Mes Pulls Font la Manche, on trouve les habits soigneusement sélectionnés d’une quinzaine de vendeuses, brassant tous les styles, tailles et prix.

Esprit de quartier

Nomade, le vide-dressing investit à chaque fois un café différent, qu’il transforme en boutique éphémère le temps d’un week-end. «On peut faire son shopping un verre à la main, ou simplement boire quelque chose dans un lieu atypique et chaleureux», explique Laetitia.

Pour cette 15e édition, fin mars, l’événement s’invite au café de La Plage à Carouge, dynamique enseigne ravie de soutenir l’initiative. Au programme: des fripes, de la musique, les créations textiles de la Genevoise Séverine Jaccard et même un brunch le dimanche. Pour la première fois, ce sont les commerçants du quartier qui mettront la main à la pâte. «Une vingtaine d’entre eux ont répondu présent. Une boutique de décoration préparera un gâteau, une épicerie bio un mélange pour muesli. C’est un peu comme croquer Carouge», se réjouit Laetitia, qui précise qu’un service de garderie sera proposé aux parents pendant la dégustation.

Et parce que l’esprit carougeois est sans limites, le Chat Noir offre aux shoppeurs une quinzaine d’entrées pour la soirée trap soul samedi et, pour ceux qui préfèrent le grand écran au dance floor, deux billets pour le cinéma Bio seront mis au concours.

Enfin, une blogueuse romande, Leïla Eggenschwiler, ouvrira sa penderie pour l’occasion. Une manière de coller à l’air du temps. «Nous souhaitons dépoussiérer le concept de vêtement de seconde main, précise Laetitia. Il ne s’agit pas de vêtements de grand-mère qui sentent la naphtaline!»


Mes Pulls Font la Manche, café de La Plage, 10, rue Vautier, Carouge (GE), sa 30, 15-0h, et di 31 mars, 11-18h. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité