Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Au café de la Paix, le nouveau chef veut «faire plaisir aux gens en se faisant plaisir». 
© DR

Un jour, une idée

A Genève, le café de la Paix repart pour une nouvelle vie

Le cuisinier Philippe Durandeau succède à Florian Le Bouhec, qui avait fait de ce charmant bistrot l’une des meilleures adresses de la ville

Philippe Durandeau est un cuisinier heureux. Après dix-sept années passées derrière les fourneaux de La Réserve, il vient de reprendre le célèbre Café de la Paix, succédant à l’ancien patron, Florian Le Bouhec, parti pour de nouvelles aventures. «Je suis immédiatement tombé sous le charme de l’endroit. Je commence déjà à me sentir un peu chez moi», confesse le chef qui a débarqué avec sa brigade tout en conservant l’efficace et souriante équipe de salle.

Du côté des crus naturels

Quelques nouvelles œuvres d’un artiste du quartier des Bains mises à part, la décoration n’a pas bougé. Du changement? «Oui, j’ai beaucoup de projets. A commencer par la carte des vins, en grande partie élaborée par Emmanuel Heydens du Passeur de vin.» Lequel penche sans équivoque du côté des crus naturels. «Je ne veux pas être un restaurant exclusivement ouvert pour les repas. J’ai envie que la Paix vive toute la journée.» Tiens, une tendance bar à vin vivant se profile donc au café.

Pour Philippe Durandeau, la Paix, c’est aussi une manière de franchir un cap, de poursuivre la route avec sérénité. «Je veux faire plaisir aux gens en me faisant plaisir. J’avais envie de me rapprocher du client et de cuisiner exclusivement pour lui.» Fini l’ambiance luxueuse du palace, place à une convivialité bistronomique, conjuguée à la qualité et la saisonnalité de la marchandise. Une recherche de l’excellence locale à prix doux, puisque les produits suisses sont ici à l’honneur: la volaille vient du Nant d’Avril, les légumes de Plan-les-Ouates.

«Stracciatella» ou «orecchiette»?

«Nous avons les mêmes standards qu’à La Réserve, mais avec les tarifs du Café de la Paix», souligne le chef chez qui la carte change tous les 10 jours. Ce qui n’empêche pas ce dilemme: comment choisir entre l’exotique ceviche de thon et avocat et la gourmande stracciatella au caviar d’aubergines, entre la délicieuse côte de veau et sa panure d’agrume et les subtiles orecchiette, œuf bio, jambon cru et truffe noire? On se laissera du coup tenter par le «plat partage»: pot-au-feu divin et son os à moelle.


Café de la Paix, 61, bd Carl-Vogt, Genève, tél. 022 301 11 88, lu-ve 12-14h et 19h-0h, www.cafe-de-la-paix.ch

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a