Au printemps 2022, un formidable projet devrait voir le jour dans la nouvelle Cité internationale du Grand Morillon, au cœur du quartier des Nations. Agora sera un restaurant géré par une équipe de chefs réfugiés, encadrée par des professionnels. On y proposera un cursus de formation complet, des cours de français, divers événements culturels et des stages de six mois. Enfin et surtout, la clientèle y découvrira une cuisine nomade, inspirée des spécialités de Syrie, d’Iran ou d’Afghanistan, notamment…

Une soirée de gala a lieu samedi 6 novembre afin de contribuer au financement d’Agora. Les chefs réfugiés Gaayathryi Sathasivam, Saba Temelso, Sajad Fothui et Talal Rankousi seront coachés par le chef étoilé Thomas Frebel (Inua à Tokyo, Noma à Copenhague), parrain de l’association, pour proposer des spécialités de leurs pays d’origine. Les accords mets-vins seront imaginés par une autre star, la Master of Wine Amanda Wassmer-Bulgin (Grand Resort, à Bad Ragaz). Le repas sera suivi d’enchères offrant notamment des repas privés signés Thomas Frebel.

La cuisine comme moyen de communication

A l’origine du projet, l’énergie visionnaire de Sarah Hoibak, Dan Stein et une dizaine d’autres bénévoles. Le projet a commencé par un pop-up en 2016: «C’était l’époque des premières vagues de réfugiés de Syrie, accueillis dans des conditions souvent difficiles, explique Sarah. Nous avons organisé un repas aux Pâquis pour sortir les gens de leurs foyers et leur offrir un lieu de rencontre avec la population, en utilisant la cuisine pour communiquer. Ça a été un vrai déclic.»

Ainsi est né Cuisine Lab – association gérée par des bénévoles – avec son service traiteur assuré par des réfugiés de Syrie, du Sri Lanka, d’Erythrée ou d’Iran. Des dizaines de repas ont suivi, 150 réfugiés ont servi plus de 5000 clients; un événement avec Al Gore, un autre avec Kofi Annan lui ont donné une visibilité auprès de la communauté internationale. Mais le covid a mis en lumière la fragilité de l’édifice: «Les réfugiés ont besoin de stabilité et d’un travail à plein temps, mais aussi de se former en cuisine et en français, la langue restant l’obstacle majeur à des engagements ultérieurs», explique Sarah Hoibak.


Cuisine Lab Genève. Samedi 6 novembre, 18h30, restaurant La Vie des champs, chemin de La Vy-des-Champs 15, Genève. Prix des places: 250 francs. Retrouvez tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».