Un jour, une idée

A Genève, des génies dans des bouteilles

L’hôtel Richemond accueille une grande dégustation de vins et de sakés naturels samedi prochain

Des alcools obtenus selon des procédés naturels, voilà le credo de la cave genevoise Le Passeur de vin. Qui réunira, samedi prochain, des grands noms du vin naturel pour le bonheur des connaisseurs et la curiosité des novices. «Parmi les éminences, on retrouvera le domaine Overnoy-Houillon, précise le caviste Pablo Nedelec. Il s’agit de bouteilles d’un précurseur, Pierre Overnoy, qui sont rares et ont acquis une haute valeur spéculative. Elles sortent du domaine à un prix allant de 20 à 50 euros et peuvent se retrouver en vente à 1800 euros sur des sites spécialisés.»

Lire aussi: Emmanuel Heydens, le bon vivant du vin vivant

D’autres pionniers français figurent aussi dans le programme. Citons l’Auvergnat Jean Maupertuis, mais aussi des bourguignons d’exception tels le domaine Comte Georges de Vogüe et le domaine des Lambrays. Les viticulteurs autochtones ne sont pas en reste, avec Mermoud Vignerons de Lully et Château l’Evêque de Jussy. Parmi les meilleurs œnologues, on retrouvera aussi Valentina Andrei, Roumaine et Valaisanne d’adoption, qui a été élue «Espoir de l’année» 2018 par GaultMillau, ainsi qu’Annatina Pelizzatti, qui signe des grands crus dans les Grisons.

Lire également:  Le boom du saké

A côté de ses nectars prestigieux, deux stands dévoileront un assortiment de sakés, boisson à la mode chez les initiés, mais relativement méconnue du grand public. Un rattrapage sera donc proposé à 11h par la société Madame Saké, lors d’une master class donnée par Adrienne Saulnier-Blache, sa directrice franco-nipponne. Pendant une heure, elle expliquera les processus de fabrication tout comme les spécificités des gammes et des régions qui font du vin de riz un univers presque aussi varié que celui du vin de raisin.

Chez Le Passeur, les bouteilles de saké translucide aux notes florales et parfois presque anisées en côtoient d’autres, ultra-naturelles, à l’apparence brumeuse. «Il s’agit d’une méthode qui date du Moyen Age avec un taux de polissage du grain très bas. Ainsi, les acides aminés et les protéines confèrent à la boisson plus de couleur. Et l’absence de filtrage au charbon lui donne une consistance trouble», précise Pablo Nedelec.

Lors de cette journée d’exploration des saveurs, l’application Raisin, qui recense cavistes, restaurateurs et vignerons de vins naturels, présentera son tout nouvel ouvrage Le Raisin, 100 grands vins naturels d’émotion, qui référence les bouteilles qu’il faut avoir goûtées une fois dans sa vie. Dix seront présentes sous les voûtes de l’hôtel cinq étoiles.


Grande Dégust’, hôtel Richemond, rue Adhémar-Fabri 8-10, Genève, entrée 50 fr., samedi 30 novembre, 11-18h. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité