Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un décor chaleureux, sobre et délicatement nippon à l'Umamido.
© DR

Un jour, une idée

A Genève, Umamido donne dans le style nouille

Un nouveau bar à «ramen» vient d’ouvrir en face du Musée d’ethnographie. La recette de son succès? Le bouillon dont le restaurant fait sa spécialité

Hasard des patronymes, Simon Vogt s’est installé à Genève sur le boulevard qui porte son nom. A l’enseigne d’Umamido, ce diplômé de l’Ecole hôtelière de Lausanne vient d’ouvrir un tout nouveau bar à ramen avec deux de ses anciens camarades de volée: Raoul Weil et Guy Quirynen, cuisiniers de formation. Mais rendons à Guy ce qui lui appartient: car c’est lui qui a fondé l’enseigne il y a un peu plus de deux ans à Bruxelles. «On s’est retrouvé les trois à un mariage, raconte Simon Vogt. Je connaissais un peu ces nouilles japonaises qui se dégustent dans un bouillon. Guy nous a invités, Raoul et moi, à l’inauguration d’un de ses points de vente. On s’est dit qu’il fallait absolument faire venir le concept ici.» Cet Umamido-là est donc le premier à ouvrir hors de Belgique.

A Genève, des bars à ramen, il en existe déjà beaucoup. Chez Umamido, on se fait une spécialité du fameux bouillon. «Pour nous c’est la base. On le fabrique à partir de produits d’ici, que nous laissons cuire dans des marmites de 50 litres pendant 48 heures. Les nouilles, elles, viennent du Japon. Notre idée est de travailler à la fois avec des articles importés de grande qualité et de profiter du circuit local pour la fraîcheur. Le poulet, les légumes, la viande, tout vient de la région genevoise.»

«Pork buns» et «gyoza»

Sur la carte, les ramen se déclinent en huit recettes, dont une pour les enfants et celle du chef, ultime, servie avec du bacon et du kimchi, préparation de légumes très relevés originaire de Corée. «A part les ramen, on ne sert ni entrée ni dessert. On propose en revanche des à-côtés comme les pork buns, des pains vapeur à la poitrine de porc, et des gyoza, les raviolis traditionnels japonais», reprend Simon Vogt qui fait le tour de la salle où se trouvaient autrefois un atelier d’artiste et un magasin de tabac. Le décor est chaleureux, sobre et délicatement nippon.

C’est l’architecte d’intérieur Juliette Roduit qui s’est occupée de donner l’ambiance du lieu qui compte 36 places. «Sa seule contrainte était d’utiliser du noyer américain pour les tables, reprend le patron. C’est la petite touche qui réunit tous les Umamido et qui fait aussi qu’on parle davantage de «collection» de restaurants que de franchise.»


Umamido, boulevard Carl-Vogt 63, Genève, tél. 022 808 00 77, lu-ve 11h30-14h et 18h30-22h.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a