Le mythe ne donne pas d’interview. Pas en face à face. Le mythe ne donne pas audience, ni dans ses bureaux ni dans ses studios. Ses appartements, en plein cœur de Milan? N’y pensez pas. Les murs du mythe sont quasi impénétrables. De même, il n’aime plus trop les photos. Au début de l’été, une prise de vue est envisagée en coulisses d’un de ses défilés. «Peut-être», ose son service de presse. Et puis non. Heureusement, le mythe répond aux e-mails. Il est connecté, le mythe. Alors on envoie des questions, et on attend. Des jours, des semaines.