Voyage

Le «glamping», nouvelle stratégie touristique des Emirats arabes unis

C’est la tendance voyage de 2019: le «glamping», ou le «camping glamour», permet de profiter des joies d’une vie nomade et proche de la nature sans ses inconvénients habituels. Les Emirats arabes unis misent désormais sur ce nouveau type d’exotisme fashion pour relancer leur secteur touristique

Entre Dubaï et Abu Dhabi, les touristes fortunés cherchent désormais à voyager différemment, à mille lieues des immenses buildings et des centres commerciaux impersonnels. Le «glamping» y fait tout juste son apparition. Le concept? Se retirer dans la nature, sans les inconvénients peu séduisants du camping classique.

Hatta, entre désert et montagne

Proche de la frontière omanaise, et à une centaine de kilomètres des gratte-ciel et de la frénésie de Dubaï, le site de Hatta a ouvert ses portes en octobre. Il propose des chambres confortables à partir de 400 dirhams la nuit (environ 105 dollars). Mohammed al-Kaabi, 27 ans, apprécie avec ses amis un coucher du soleil dans la tranquillité du désert. Aujourd’hui, il fait partie de ceux, de plus en plus nombreux, qui sont attirés par des séjours de détente dans le désert, mais avec tous les agréments de la vie moderne. Près du barrage, on a le choix entre des roulottes, des caravanes ou des chalets avec tout le confort d’un cinq-étoiles.

«Cet endroit est loin des villes et des gratte-ciel», fait remarquer Mohammed, habillé de la longue robe traditionnelle blanche. Les Emiratis ont l’habitude de camper pendant l’hiver lorsque la chaleur brûlante de l’été s’est dissipée. Les touristes et les expatriés optent aussi de plus en plus pour la tranquillité du désert, loin de l’agitation des villes.

Dubaï a accueilli en 2018 un nombre record de 15,92 millions de visiteurs, malgré un ralentissement dû notamment à une baisse des visiteurs en provenance du Golfe, d’Inde et de Grande-Bretagne. L’an dernier, le nombre de touristes n’a progressé que de 0,8%, contre 5% en 2016 et 6% en 2017, selon les chiffres publiés par le département du tourisme de la cité-Etat. De plus, le ralentissement du marché immobilier, avec une offre en biens qui dépasse la demande, ainsi que la baisse des prix du pétrole, obligent toujours plus Dubaï à parfaire sa stratégie touristique.

Dubaï table désormais sur 20 millions de visiteurs pour 2020, année de l’Exposition universelle. L’émirat compte donc fortement sur le secteur du tourisme. Mais Hatta n’est pas le seul site de «glamping» présent sur l’émirat. D’autres complexes sont conçus autour de stages de yoga, de l’observation des étoiles ou de sports aquatiques comme le kayak.

Lire également: Le «wwoofing», des vacances utiles à la ferme

Les pieds dans l’eau à Banan Beach

A Banan Beach, à une heure d’Abu Dhabi, et trente minutes de Dubaï, les campeurs chics peuvent bénéficier de tous les aménagements indispensables à leur confort: salles de bains privatives ou encore restaurants. Des tentes colorées à même la plage offrent une ambiance très bohème à l’endroit. Pour les moins téméraires pour qui dormir sous tente reste un obstacle infranchissable, il est possible de louer des chalets plus spacieux.

Publicité