Tout est parti d’une première série de photographies prises par Serge Boulaz au Sénégal en 2017. Membre du comité de la coopérative Les Jardins de Cocagne, qui soutient des projets en Afrique depuis sa fondation il y a une quarantaine d’années, le Genevois se passionne pour les questions liées à la souveraineté alimentaire. Pourquoi, dès lors, ne pas consacrer une exposition à cette thématique au cœur de nombreux débats, liés notamment à la question du réchauffement climatique? Il a alors fait appel à deux autres photographes, Elisa Larvego et Christian Lutz, pour proposer «un plaidoyer autour de notre rapport à la nourriture».

Soutenue par Les Jardins de Cocagne ainsi que les associations Solidarité Nord et Sud et Semences de pays, Semenciers, semencières – Au Nord et au Sud, un artisanat du vivant est une expo itinérante démarrant à Chêne-Bourg, avant un tour du canton de Genève qui devrait durer deux ans. Les tirages grand format qui la composent sont facilement démontables et transportables, souligne Serge Boulaz en expliquant que son but est également de la montrer en milieu scolaire. Un site internet conçu pour prolonger la réflexion sera bientôt accompagné d’un dossier pédagogique à destination des écoles.

A lire: Syngenta dans le viseur du photographe Mathieu Asselin

Mais le directeur artistique de l’exposition de préciser que sa démarche est aussi esthétique. «Il ne s’agissait pas de proposer un reportage de type ONG, mais d’apporter une dimension poétique et personnelle.» En partant de la semence, de la graine originelle, l’idée est de montrer l’universalité de la culture, avec en toile de fond cette réalité: parmi les quelques 6000 plantes que l’homme a cultivées au cours de l’histoire pour se nourrir, seules 200 font aujourd’hui partie de notre alimentation. Au XXe siècle, la diversité semencière a diminué de 75%.

Tandis que Serge Boulaz est retourné au Sénégal au début de 2020, juste avant le confinement, Elisa Larvego et Christian Lutz se sont quant à eux intéressés aux champs et serres de Suisse et de France voisine. Au final, une quarantaine d’images montrent l’universalité de l’art de la semence, tout en insistant sur la nécessité de défendre la biodiversité.


«Semenciers, semencières – Au Nord et au Sud, un artisanat du vivant», Semences de pays (serres de Belle-Idée), chemin du Petit-Bel-Air 2, Chêne-Bourg (GE), lu-je et sa 10-18h, jusqu’au 26 juin; et ensuite, tour du canton de Genève, Meyrin, Vernier, Onex, etc. Retrouvez tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».