D’habitude, quand un professionnel emprunte la télécabine pour travailler, c’est avec casque, bâtons et skis. Marcus G. Lindner et son équipe embarquent plutôt toque, couteaux et casseroles. Celui qui a guidé le restaurant de l’hôtel The Alpina Gstaad vers l’étoile Michelin reprend le restaurant de montagne Eggli pour le projeter sur la piste de la haute gastronomie.

Le chef autrichien ambitionne de dépasser la tradition qui confinerait les tables raffinées aux seules stations: «Mon but est d’apporter à la montagne la qualité qui existe à Gstaad. Un de mes premiers projets, par exemple, est d’aider à concevoir la cuisine du nouveau restaurant de montagne. Il y aura un mélange d’offres culinaires de haute qualité et de plats simples et terre à terre.» Pour réserver sa table, il suffit de dégainer son smartphone et l’application Mindful, précieuse pour découvrir et profiter de l’ensemble de la destination Gstaad.

Surprises gastronomiques

Si une étoile est désormais accrochée aux pentes de l’Eggli, c’est toute la destination Gstaad qui regorge d’adresses gastronomiques. Le village de l’Oberland compte une centaine d’adresses, aux spécialités culinaires extrêmement diverses. Parmi les hauts lieux, le Sommet, restaurant de l’Alpina Gstaad, est incontournable. «Davantage de miso, moins d’huile et de vinaigre», répète le chef Martin Göschel, qui fait fondre les papilles avec ses asperges vertes grillées, glacées au «miel d’Alpina» fermenté. Autre surdoué: Francesco de Bartolomeis. Au Leonard’s, au Grand Bellevue, son loup de mer en croûte de sel fait saliver… Pour un chocolat chaud onctueux, un thé à la cannelle au coin du feu ou quelques pâtisseries réconfortantes, cafés et salons de thé, comme le Délice à Saanen ou le Charly’s à Gstaad, s’avèrent de véritables cocons.

Débuter en ski de randonnée

Si le domaine de ski alpin de Gstaad est de toute beauté, les amoureux de grands espaces sont au paradis. Une multitude d’itinéraires de randonnée pédestre croisent des dizaines de parcours raquettes. Pour s’éloigner encore des sentiers, rien de tel que le ski de randonnée. Entre le col du Pillon et Zweisimmen, pas moins de 77 parcours sont proposés aux adeptes des raquettes et de la peau de phoque… Au départ de Schönried, une très belle sortie combine alpages couverts de leur épais manteau de neige et sous-bois. Au départ de la montagne du Rellerli, le parcours effectue une série de grands lacets – de quoi exercer ses conversions.

Des refuges de montagne raffinés

La région concentre des dizaines de restaurants d’altitude où savourer les produits locaux. La Berghaus Lochstafel, sur les hauteurs de Saanenmöser, décline ainsi ses plateaux de viandes séchées, saucisses et fromages accompagnés de brochettes de tomates cerises et mozzarella. Pour une immersion au cœur de l’activité pastorale, rendez-vous au Michel’s Stallbeizli. Ici, la croûte au fromage est relevée au bleu de Lenk et la fondue Saanenland-Simmental à la bière combine fromages locaux et éclats de viande séchée des environs. Le tout avec vue sur l’étable et ses vaches qui s’abritent en attendant le retour des beaux jours! Une autre chaleur attend les clients de nombre d’hôtels au retour au village: celle des hammams, saunas, jacuzzis et autres spas que ces établissements offrent à celles et ceux qui séjournent chez eux. De quoi retrouver l’apaisement après la journée dans le froid, avant de renouer avec les belles tables de Gstaad.