TOURISME

Gstaad, des randonnées à sensations fortes

Réalisé pour GSTAAD TOURISME La perle de l’Oberland bernois offre un point de départ idéal pour une série de promenades familiales ou sportives. Sélection

La période est propice pour reprendre son sac à dos et rechausser ses crampons. Après un hiver prolongé, la nature est en plein éveil. Gstaad et les cinq vallées qui l’entourent comptent près de 300 kilomètres de chemins de randonnée. Idéal pour une excursion d’une journée. On accède très facilement à ce petit paradis, par la route, depuis la région lémanique ou la Gruyère. Ou par le train, avec le mythique Golden Pass au départ de Montreux.

Une fois sur place, reste à choisir un parcours. Pour les amateurs de calme et de respiration, rien ne vaut une promenade jusqu’à un lac. La région en compte beaucoup: le lac d’Arnen, le lac Retaud ou de Seeberg – chacun a sa particularité. Celui de Lauenen, et ses intenses nuances de vert, vaut particulièrement le détour.

Pour y accéder, l’un des itinéraires les plus sympathiques et familiaux reste le chemin de 9,5 kilomètres qui débute à la Wispile. Confortable et vaste, cette auberge de montagne, à 1907 mètres d’altitude, se rejoint en télécabine, à quelques minutes à pied depuis la sortie de Gstaad.

Une fois en haut, l’accès au lac se fait par une balade de trois heures, qui suit pour partie la crête de la montagne et offre un panorama spectaculaire. Au bout de quarante minutes de marche, on découvre sur la droite un caquelon à fondue… géant! Cette installation en bois, en plein air, peut accueillir jusqu’à huit personnes. Il est possible d’y fabriquer et de déguster une succulente fondue au fromage local, en réservant la veille un sac à dos comptant tout l’équipement. Dépaysement garanti!

La marche peut reprendre, et une fois le lac atteint, difficile de se détacher de ses eaux chatoyantes et ses rebords ombragés. L’oasis verdoyante offre un ressourcement incomparable. Le retour se fait en car postal depuis le lac.

Wakeboard d’altitude

Pour les amateurs de randonnée d’altitude, le trajet de 5,8 kilomètres qui part du sommet du Horneggli jusqu’à celui du Rinderberg (2079 m) en particulier offre un panorama stupéfiant sur tout l’Oberland bernois.

Après quinze minutes de marche, les eaux bleues de l’étang du Hornberg attireront les plus sportifs et/ou les ados. On peut en effet s’y adonner… au wakeboard! Les sessions durent en moyenne un quart d’heure. Pour patienter jusqu’à son tour, ping-pong, slackline ou trampoline sont mis à disposition. Et à proximité, le bar-lounge du site propose une série de bières locales et de produits fabriqués dans la région. Ambiance Heidi-hipster au sommet garantie!

Descente en trottinette

La randonnée reprend ensuite le long d’un chemin accidenté jusqu’au sommet, à 2011 mètres d’altitude, où l’on profite des chaises longues de la grande terrasse ensoleillée du Rinderberg-Spitz, restaurant d’altitude qui compte une grande série de spécialités locales. La vue s’étale sur toute la vallée du Simmental. Le site dispose d’une grande aire de jeux pour les enfants, tout juste rénovée. Pour revenir, le plus simple reste de s’engouffrer dans la télécabine du Rinderberg, destination Zweisimmen. A mi-chemin, les plus sportifs pourront descendre de la cabine et louer une trottinette pour terminer leur descente vers la vallée cheveux au vent.

Publicité