Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Du vin et des hommes

La guerre des bouchons

Une question qui divise le monde du vin: faut-il bannir le bouchon en liège, à l’origine du fameux goût de bouchon?

Le débat a été très vif la semaine dernière sur le profil Facebook de José Vouillamoz, coauteur de la bible des cépages Wine Grapes. Au cœur d’échanges parfois tendus, une question qui divise le monde du vin: faut-il bannir le bouchon en liège, à l’origine du fameux goût de bouchon? Pour l’ampélologue valaisan, cela ne fait pas un pli. Sa proposition: adopter la capsule à vis pour tous les vins, comme cela se fait en Australie ou en Nouvelle-Zélande.

Le vigneron valaisan Mickaël Magliocco a tenté de défendre le bon vieux cylindre de liège. Selon lui, il s’agit «d’un excellent moyen de conserver le vin» avec un risque, certes, mais qui fait partie du jeu. Et de faire le parallèle avec l’arbitrage vidéo dans le football: «Je fais partie des nostalgiques qui pensent que la main en or de Maradona fait partie de l’histoire, comme un Petrus de 1976 bouchonné ouvert en 2008.» Il s’est fait tomber sur le dos par le blogueur français Vincent Pousson, pour qui l’utilisation du liège constitue «un archaïsme» qui impose «de foutre à l’évier 5% de ses bouteilles chèrement payées». La guerre des bouchons s’est terminée en dialogue de sourds. Une habitude sur les réseaux sociaux.

Seraient-ce les prémices d’une conversion tardive au consensus mou typiquement helvétique? A ma grande surprise, j’étais incapable de prendre parti de manière tranchée dans le débat. D’un côté, je reste très attaché au bouchon en liège. J’aime traquer les éventuelles déviations aromatiques et l’incertitude causée par l’évolution différente des bouteilles d’une même caisse à travers le temps. La déception ne me fait pas peur. Au contraire même: elle accentue le plaisir de boire un vin sous son meilleur jour. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Malheureusement, la contamination par le 2,4,6-trichloro-anisole, ou TCA, n’est pas toujours franche du collier. Il arrive que la molécule rende le vin mutique. Face à un encéphalogramme plat, le buveur lambda ne maudit pas le bouchon mais le vin lui-même et, par ricochet, le vigneron. Cet argument est le seul qui pourrait m’inciter à en finir avec le liège. Car si j’ai une vraie affection pour les coupables trop maladroits pour masquer leur méfait, je suis sans pitié avec les meurtriers qui tentent de fuir leurs responsabilités.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a