Gastronomie

Le Guide Michelin Suisse 2019 honore Lucerne et Zurich

La cuvée helvétique du célèbre guide rouge est sortie mardi 5 février. Il met la Suisse alémanique à l’honneur. Genève est la grande oubliée

C’est une première. Comme la France, la Suisse possède désormais sa cérémonie du Guide Michelin. Avec la nomination d’un nouveau directeur international à la tête du célèbre guide rouge – Gwendal Poullennec, 38 ans, succède à Michael Ellis, souvent critiqué pour sa réserve et sa froideur – il fallait mettre à l’honneur les talents du pays le plus étoilé d’Europe proportionnellement à sa population.

C’est à Lucerne, sur les rives du lac des Quatre-Cantons, qu’ont eu lieu les festivités. Hormis quelques absents genevois, les toques les plus célèbres de Suisse ont fait le déplacement pour soit décrocher, soit conserver le Graal tant convoité de la haute gastronomie.

Lire aussi: Quatre restaurants romands font leur entrée au guide Michelin 2019

Pluie d’étoiles

L’ambiance est relativement tendue en ce début de cérémonie. Le parterre d’invités est peu habitué à ce genre d’événements sur tapis rouge et écrans géants. Après un discours sur les fondamentaux du guide et ses diverses activités, c’est une pluie d’étoiles (128, un record) qui illumine Lucerne en cet après-midi grisâtre de février. Plus de vingt lauréats reçoivent une première étoile tandis que les restaurants Focus de Lucerne et Pavillon au Baur au Lac à Zurich en remportent une deuxième.

Comme à Paris, les femmes sont une fois de plus mises à l’honneur avec les nominations de Bernadette Lisibach (le Neue Blumenau à Lömmenschwil dans le canton de Saint-Gall) et Marie Robert (Le Café Suisse à Bex, élue «Cuisinière de l’année 2019» par le GaultMillau) pour leur première étoile. À noter la surprenante attribution d’une étoile au Berceau des Sens, restaurant d’application de l’École Hôtelière de Lausanne. Même si de nombreuses cheffes ont été récompensées, c’est le trio de tête inchangé des chefs masculins qui conserve leur troisième étoile: Franck Giovannini à l’Hôtel de Ville de Crissier, Peter Knogl (Le Cheval Blanc à Bâle) et Andreas Caminada (Schauenstein Schloss à Fürstenau dans les Grisons).

Lire également: Franck Giovannini, le fourneau pour foyer

Le Bib au Bologne

Alors que les inspecteurs ont toujours pour consigne de ne pas prendre en compte le service mais exclusivement la cuisine lors de leurs attributions de notes, le guide récompense enfin les métiers de salle avec deux prix spéciaux: celui du sommelier de l’année décerné à Christoph Kokemoor (Cheval Blanc) et celui de l’accueil et du service décerné à Stéphanie Décotterd (Le Pont de Brent).

Sans aucune étoile décernée, Genève restera la grande absente de la soirée. Alors que le GaultMillau a attribué un 17e point à l’Aparté, ce restaurant intime d’une quinzaine de couverts ne décroche rien au Michelin. Statu quo également sur les rives du lac Léman et ses trois établissements d’hôtels toujours en attente d’une deuxième étoile. Les Genevois se contenteront du Bib Gourmand qui distingue une cuisine de qualité au meilleur prix, décerné à Florian Le Bouhec dans son antre Le Bologne. Et c’est bien mérité!

Publicité