Mode

A la HEAD, un défilé en mode poétique

Volumes démesurés, drapés aériens et pailles crochetées: les 300 tenues des étudiants en Design Mode et Accessoires de la HEAD à Genève ont montré une enthousiasmante créativité

Vendredi soir, plus de 2000 personnes ont mis le cap sur le nouveau campus de la Haute Ecole d’art et de design (HEAD), à Châtelaine. Rendez-vous genevois incontournable, la 13e édition du défilé des étudiants de la filière Mode et Accessoires a réuni familles, amis, passionnés, mais aussi professionnels du secteur. Une heure et demie d’un show étonnant de créativité couronné par le savoir-faire de trois lauréats.

Le podium bétonné a pris place dans un décor épuré, surplombé du mot «Poésie». Conçue pour la première fois par les étudiants en architecture d’intérieur de la HEAD, la scénographie avec son plongeoir est directement inspirée par les Bains des Pâquis. Tout comme les portes des cabines à travers lesquelles les modèles surgissent dans l’arène. Avec pour commencer les étudiants des trois années bachelor Design Mode. Leur fraîcheur et leur inventivité leur autorisent toutes les expérimentations. De la chaise adaptée en chemise à la robe sphérique plumée, les designers explorent les volumes et ouvrent la mode à tous les horizons.

Jury en osmose

Etudiant en troisième année, Thomas Clément présente des anoraks en aluminium, des robes camouflages et des djellabas revisitées. Intitulée Crash, sa collection s’inspire de l’armée de l’air. Il remporte le Prix bachelor Bongénie, d’une valeur de 5000 francs.

«On a senti une modernité et un message profond et vrai», explique Yannick Aellen, directeur de Mode Suisse et l’un des 12 membres du jury qui chaque année récompense les étudiants les plus prometteurs. «Nous étions beaucoup, c’est vrai, mais il y a eu comme un effet d’osmose dans nos opinions. Nos sensibilités assez similaires et l’émotion que transmettait chaque collection ont fait que les trois gagnants nous sont clairement apparus.»

Présidé par le duo néerlandais Rushemy Botter et Lisi Herrebrugh, créateurs de la marque Botter et directeurs artistiques de Nina Ricci, le jury composé de professionnels de la mode a ainsi récompensé Giulia-Amélie Chéhab. Ses sacs à dos se déclinent en tote bag, en bananes à multiples lanières ou encore en sacs matelassés frappés de la signature «CHÉ/HAB». Moderne, unisexe, intelligente et hautement désirable: la collection Augmented Tote remporte le Prix La Redoute X HEAD. Ce qui offre à la designer de 29 ans l’opportunité de créer une collection capsule qui sera mise en vente au printemps 2020. «Mes créations se fondent dans quelque chose de démocratique, qui atteint tout le monde au quotidien, explique Giulia-Amélie Chéhab. Je reconnais cette volonté dans le style de La Redoute.»

Sabots de conte de fées

Le Grand Prix master Mercedes-Benz, lui, est revenu à Emma Bruschi pour sa collection Almanach. Le bois, la paille, l’osier et le cuir naturel ont servi de matériaux à des tenues androgynes et drôles comme ces sabots de conte de fées. Et parfois saisissantes, comme cette chemise entièrement réalisée en paille crochetée. Une manière de rendre ses lettres de noblesse à l’artisanat savoyard. «Elle nous a énormément touchée par son travail manuel et son approche de la matière naturelle, reprend Yannick Aellen. Sa sensibilité apporte à sa collection une beauté terriblement authentique.»

Lire aussi: Le défilé de la HEAD consacre un hymne au denim

Outre un chèque de 10 000 francs, Emma Bruschi participera au prochain Who’s Next, le grand salon parisien de la mode féminine et des talents de demain. «Les étudiants ont été créatifs, poétiques, émouvants, observe Jean-Pierre Blanc, fondateur du Festival de Hyères et présent en tant qu’invité, à l’issue de ce 13e défilé. C’est la première fois que je sens vraiment qu’il y a quelque chose qui se passe, ici en particulier au niveau de la prise de risque. Ce sont des moments rares.»

Publicité