Ils ont pour leurs yeux la beauté du monde. A l’aube, les nomades du désert froid du Changthang s’activent dans leur campement, niché dans un dédale aride de montagnes, aux confins de l’ancien royaume himalayen du Ladakh. A 5000 m d’altitude, près du col de Taglang La, l’oxygène est rare et la vie est rude. Dans le vent cinglant, les nomades procèdent de leurs mains calleuses à la traite du bétail, se glissant entre les toisons chaudes des yaks, des moutons et des chèvres pashmina. Les premiers rayons du soleil enveloppent bientôt le décor lunaire, où roulent parfois les ombres fugaces des nuages, nuançant les teintes ocre, brunes et sableuses des roches.