Il n’y avait pas que les vestes surépaulées et le violet marié au vert, dans les années 1980. Il y avait aussi les jeans carotte marbrés puis surteints, les pantalons très courts et les spencers.

C’est ce dont s’est souvenue Dolce & Gabbana qui faisait défiler, ce week-end, sa collection pour l’automne 2011 à Milan, là où les marques du luxe et de la mode transalpins présentent jusqu’à mercredi leurs vestiaires masculins.

Sur une bande-son empruntant à Bryan Ferry (assis au premier rang et démultiplié sur les tee-shirts), des pantalons à pinces, donc, pour le jour et le soir, pour le loisir ou pour le bureau en costume 3 pièces.

Des vestes très, très courtes, souvent croisées, rayées de blanc sur noir, avec pans croisés et revers de velours. Et ce jean, en photo, carotte, délavé, puis surteint en rouge.

Comme la marque Dolce & Gabbana se souvient qu’elle habille des hommes sûrs de leur corps et bien dans leurs pectoraux, les vestes sont serrées, les chemises aussi, les épaules ajustées, les tailles bien prises. Les pantalons à pinces sont ajustés. Du gris militaire, des laines bouillies, des feutres. Mais aussi du rouge, des bordeaux, des smokings de soie écarlate. Devise: «Eccentric tailoring». Le meilleur des années 1980. Soit ce qu’il en reste quand on a beaucoup oublié.

Demain Burberry et Zegna sur la Toile.