Un jour, une idée

«Immersions», le dernier-né de la presse romande

Le val d’Hérens en majesté, voilà ce que propose une nouvelle et remarquable publication, 100% suisse

Cela faisait quelque temps déjà qu’une communication sur les réseaux sociaux entretenait savamment le mystère. Une nouvelle publication d’un genre encore récent – un mook, pour les initiés, contraction de magazine et book – allait voir le jour en Suisse romande. Un thème unique par numéro, quatre numéros par an, une pagination conséquente faisant la part belle aux textes longs et à une iconographie riche. Reflet d’une conception nouvelle de la presse écrite, ambitieuse et volontiers décomplexée.

Un produit de niche

Un pari insensé dans le contexte actuel, né de l’ambition un peu folle de deux jeunes journalistes fraîchement diplômés qui peinent à se reconnaître et se projeter dans une conception classique de leur nouveau métier. Autour d’une bière ou deux, Delphine Riand et Maxime Fayet esquissent peu à peu les contours d’une publication de niche, certes, mais à l’identité forte. Quelques nuits blanches et de nombreux reportages plus tard, voilà le numéro zéro d’Immersions qui arrive, pile à l’heure, à la fin du mois d’avril.

De Derib à Zermatten

Près de 200 pages, imprimées en Suisse, entièrement consacrées au val d’Hérens et à ses innombrables richesses. L’attachement familial du bédéiste Derib à cette région, les combats de reines, les paysages d’Evolène en compagnie d’une géologue, le Festival classique des Haudères, la Patrouille des glaciers dans l’œil de l’armée, l’abbé qui prêche sur le Net, le portrait de l’écrivain Maurice Zermatten, la seconde vie des mayens, le Grand Raid ou encore le journal de bord d’un chasseur confirmé.

Addiction programmée

Des images fortes, bien servies par une mise en page élégante et épurée, des textes travaillés sans être pompeux: la publication séduit sans peine, se déguste à petites doses ou d’une traite, c’est selon. Le prochain numéro devrait être plus citadin, s’attacher à décrypter ce qui fait le sel et la singularité d’un quartier d’une ville romande.

Immersions porte bien son nom. Soyez avertis: une fois le virus inoculé, il pourrait rimer avec addiction.


Immersions, disponible dans les librairies Payot et sur le site internet au prix de 25 fr.

Publicité