Geekologie

Des instantanés à imprimer chez soi

HP tente de concurrencer les appareils de type Polaroid avec une mini-imprimante

Les services d’impression de photos en ligne ont beau se livrer une concurrence féroce et proposer des prix attractifs, le marché de l’impression à domicile n’est pas mort. Preuve en est la multiplication des modèles lancés par Canon, Polaroid – oui, la société ne se contente pas de proposer des appareils photos – et HP. Concentrons-nous sur ce dernier et sur le modèle Sprocket Studio, que nous a prêté Digitec.

L’imprimante possède un format réduit (27,3 x 16,9 x 6,8 cm) pour un poids raisonnable de 930 grammes. Par contre, le bloc d’alimentation est relativement volumineux. Bref, un modèle pas vraiment transportable.

Mais son utilisation est simple: il suffit d’installer une application sur son smartphone (iOS et Android) et de le relier via Bluetooth à l’imprimante. La technologie utilisée est celle dite «de la sublimation thermique», qui revient à appliquer successivement les trois couleurs primaires sur du papier photo. La résolution d’impression est de 300 x 300 dpi sur du papier de 10 centimètres sur 15. Le résultat est bon, les couleurs sont vivantes et on apprécie que le papier soit de qualité. Compter environ une minute par impression – il ne faut pas être pressé.

Il faut aussi prévoir un budget pour ces impressions. L’imprimante coûte environ 124 francs, mais il faut bien entendu ajouter le prix des cartouches et du papier. Des recharges comprenant ces deux fournitures coûtent 39,80 francs pour 80 impressions. Chaque photo coûte ainsi 50 centimes. Un prix correct si l’on n’abuse pas de cette imprimante.

Lire également: Beamer pour bricoleurs

Publicité