Le parfum

Jacques Cavallier: «On tend vers des ouvertures de parfums plus directes, fraîches et incandescentes»

Cotonneuses, poudrées ou florales, les notes des parfums dits blancs ont une envolée particulière. Eclaircissements avec le célèbre parfumeur Jacques Cavallier

Le point commun entre Fleur de Peau lancé l’an dernier par Diptyque ou Opalon, Pure musk for her et 1957 qui viennent de sortir chez Bulgari, Narciso Rodriguez et Chanel? La blancheur. Un sillage cotonneux, incandescent, frais… Une séduction tout en finesse, que le parfum Blanche de Byredo traduit par exemple avec de la rose blanche, du poivre rose et de la pivoine qui virevoltent avant de se poser sur du bois blanc, du bois de santal et du musc. A défaut de former une famille olfactive comme les floraux ou les boisés, cette couleur incarne pourtant une valeur fondamentale en parfumerie. Comme en peinture, une composante primaire essentielle.

«Le blanc apporte de la lumière d’abord. Autrement dit, des notes très expressives, florales, fraîches, avec beaucoup d’envolée, comme peuvent le faire un chèvrefeuille blanc, du magnolia, de la fleur d’oranger, du jasmin sambac», analyse le nez français Jacques Cavallier, qui vient d’imaginer Opalon, dernier parfum masculin Le Gemme de Bulgari.

Caractère et légèreté

Loin d’être réduit aux fleurs blanches, il peut même se nicher dans le patchouli, une fois débarrassé de certaines notes de tête. C’est ce qui explique que cette note boisée considérée comme sombre par les parfumeurs soit pratiquement dans toutes les formules de lessive et de savon depuis une centaine d’années.

Historiquement, les parfums blancs sont en effet associés à la vague de jus propres qui a déferlé au début des années 1990. «Au-delà de la notion de draps fraîchement lavés, la pureté était le principal fil conducteur de cette génération-là, comme dans l’Eau d’Issey que j’ai créé en 1992 ou CK One d’Alberto Morillas, poursuit le parfumeur basé à Grasse. Un élan vers des parfums plus tendres, plus nature, en opposition aux notes lourdes, orientales ou chyprées des grands parfums de l’époque, comme Poison de Dior.»

Lire également:  Dominique Ropion, le maître des fleurs

Selon lui, cette transparence typique des parfums de cette décennie a marqué une étape de transition et continue d’influencer la création d’aujourd’hui. «On tend vers des ouvertures de parfums plus directes, fraîches et incandescentes. Des notes ayant du volume et de la diffusion, sans être lourdes comme peuvent l’être leur pendant poudré et très vanillé, confirme le parfumeur attitré de Louis Vuitton et Bulgari. Autrement dit, beaucoup de caractère avec beaucoup de légèreté. C’est comme en cuisine. On préfère les émulsions qui favorisent l’expression des mets aux plats chargés de crème.»

Doudous olfactifs

Cette nouvelle approche de la parfumerie se nourrit des développements récents en molécules de synthèse et de l’usage de nouvelles matières premières, notamment par Firmenich et Givaudan. Le cassis et le poivre rose, par exemple, deux éléments clés des parfums d’aujourd’hui – toutes familles confondues – sont omniprésents dans les parfums blancs. Ou encore le jasmin sambac que les Chinois utilisent pour aromatiser le thé. «Plus solaire et frais, comme un matin d’été, que le jasmin que nous cultivons à Grasse», relève Jacques Cavallier.

A ses yeux, cette mode du sillage blanc est devenue transversale dans toutes les familles olfactives. Aussi bien dans le monde anglo-saxon que latin ou asiatique. «Cette philosophie touche surtout la tête et le fond d’un parfum. J’essaie d’introduire cette lumière, ce confort dans toutes mes créations. J’aime ce qui virevolte, les présences de nature, les fleurs fraîches, les fruits juste à point. Les notes veloutées, soyeuses, que peuvent donner un bois blanc comme le cèdre, ou de l’ambrette (un hibiscus d’Amérique du Sud dont on récolte les graines) qui éclaire immédiatement un parfum.»

Ces paysages blancs sur lesquels viennent se poser des touches de couleur sont autant de chemins qui ramènent vers la nature. On peut y lire diverses couches et harmonies de fraîcheur. Entre un cours d’eau, un champ de fleurs blanches à Grasse en mai, au petit matin, des feuillus couverts de rosée. Même si l’effet n’est peut-être pas aussi évident que celui des hespéridés ou floraux, les parfums blancs nous connectent tout en finesse à la douceur d’une nature réconfortante, loin des mondes urbains.

A l’image de Thé Blanc que le parfumeur avait créé en 2003 pour Bulgari, inspiré des feuilles blanches cultivées dans l’Himalaya, couplées à une fleur d’oranger aussi blanche que de la neige, au bois de cèdre et à l’effet lacté et poudré des muscs en fond. «Dans les notes très musquées qui servent de colonne vertébrale à la blancheur, conclut Jacques Cavallier, il y a la douceur de la peau, la réminiscence maternelle, le retour vers une forme d’insouciance et d’innocence. Un monde encore pur. Cela explique sans doute aussi l’engouement pour ces sillages qui agissent comme des doudous olfactifs.»

A lire aussi:  Clara Molloy, parfumeuse et poétesse


Eau de gentiane Hermès/2009/Jean-Claude Ellena/mixte

L’Eau de gentiane blanche revisite la fraîcheur avec caractère et délicatesse, renforcée par la note beurrée de l’iris et enveloppée d’un souffle de muscs blancs. Une impression de draps propres séchés au soleil, sur fond d’herbes aromatiques.

1957 Les exclusifs de Chanel/2019/Olivier Polge/mixte

Nommé en référence à une année de consécration aux Etats-Unis pour Coco Chanel, ce parfum lumineux est un accord sensuel de muscs blancs, délicatement piqué de bergamote, d’iris et de néroli, facetté de notes cédrées, miellées et poudrées.

Opalon Le Gemme Bulgari/2019/Jacques Cavallier/homme

Evocatrice d’un matin d’été à Rome, avec ses places et ses fontaines baignées de lumière, la fragrance démarre sur des
notes de néroli et de gingembre puis s’épanouit dans un cœur de géranium et de citronnelle d’Inde. Les notes de fond
conjuguent le musc blanc à des accords intenses d’ambre gris.

Pure musk for her de Narciso Rodriguez/2019/Sonia Constant/femme

Un cœur de musc intense entouré d’un bouquet délicat de fleurs de jasmin et d’oranger et raffiné par du cachemire, de l’ambre et du patchouli, qui confère à la composition séduisante une sensualité profonde.

Over the Musk de Mugler Les Exceptions/2014/Olivier Polge/mixte

Le musc dans une nouvelle sensualité veloutée et poudrée. Enrichi d’épices, de bois ambrés, de graine d’ambrette, pour plus de chaleur et de texture, à l’image d’un luxueux cachemire blanc et duveteux.

Publicité